Blog

39213

Les expositions Paris de l’Avenir s’achèvent mais la lutte contre le changement climatique continue

11 décembre 2015

Après avoir commencé sur les Berges de Seine avec le soleil du mois d’août, les expositions « Paris de l’Avenir » se clôturent au bassin de la Villette à la fin du week-end. Abordant des thématiques aussi variées que l’efficacité énergétique, la réutilisation des déchets, la mobilité douce ou encore la fabrication de matériaux « verts », les start-up et les grands groupes présents ont contribué, chacun à leur échelle, à penser la ville de demain comme pilier de la transition écologique.

Les villes génèrent en effet 80% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Dans la lutte contre le réchauffement climatique, elles doivent changer. L’entreprise de BTP Ciment Calcia a donc mis au point le béton clair, un matériau capable d’absorber les particules fines issues de la circulation des véhicules. De son côté l’association Veni Verdi cherche à repenser les circuits courts de distribution de fruits et légumes, en végétalisant les toits des immeubles parisiens, avec l’installation de potagers. L’objectif étant de réduire le nombre de véhicules de livraisons qui circulent dans Paris, une initiative déjà reprises dans de nombreuses villes en France.

(suite…)




Dernier week-end pour profiter de l’exposition au bassin de la Villette

11 décembre 2015

La COP21 se termine aujourd’hui pour les chefs d’Etats, mais le public parisien pourra encore profiter des démonstrateurs de Paris de l’Avenir tout au long de ce week-end. Située sur le bassin de la Villette aux métros Jaurès ou Stalingrad, l’exposition comprend une trentaine de stands parmi lesquelles des start-up et des grands groupes qui présentent, autour de quatre thèmes, leurs innovations pour l’environnement. L’énergie pour favoriser la transition énergétique, l’aménagement pour réduire le gaspillage énergétique, la mobilité pour développer des moyens de transports « verts » et l’économie circulaire pour encourager la réutilisation des ressources. Les équipes accueilleront encore les visiteurs jusqu’au dimanche 13 décembre et se feront un plaisir d’expliquer leur travail.




Koolicar : Un service de location de voiture entre particuliers

10 décembre 2015

Koolicar est une start-up fondée sur les principes de l’économie collaborative et des valeurs de partage afin de proposer des innovations qui accompagnent l’évolution des comportements. L’équipe a donc conçu un boitier qui permet de louer sa voiture à un tiers, en toute sécurité et sans échange de clefs. Koolicar est partenaire de la MAIF qui assure le locataire et le propriétaire du véhicule, pendant toute la durée de la location. Les membres sont présents sur leur stand au bassin de la Villette pour expliquer le fonctionnement du boitier et de la plateforme web dédiée.

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome



Une EDF

EDF : « Travailler avec les collectivités pour proposer des solutions adaptées à chaque territoire »

10 décembre 2015
Jean-Noël Guillot © EDF
Jean-Noël Guillot © EDF

Interview de Jean-Noël Guillot, Directeur Projet Ville Durable d’EDF

 

Comment EDF s’engage dans le processus de transition énergétique ?

Depuis près d’une vingtaine d’années EDF travaille sur les questions de performances énergétiques des bâtiments et notamment pour les logements équipés de chauffages électriques. Avant nous nous concentrions sur le chauffage et l’eau chaude mais nous avons récemment décidé d’aller plus loin et nous travaillons aujourd’hui avec les collectivités.

 

A travers quels types d’actions ?

Nous les accompagnons dans l’identification des leviers de transition énergétique qu’elles ont à disposition. Chaque territoire, chaque ville est spécifique et à son propre développement, les solutions que l’on va pouvoir apporter sont donc nécessairement très différentes. Nous avons ainsi développé une feuille de route de transition énergétique qui permet de définir comment les collectivités voient évoluer leur territoire, du point de vue de la population, de l’industrie, etc. Une fois ce travail fait par les collectivités, nous aboutissons à une signature énergétique et c’est à partir de là qu’EDF va construire un scénario permettant aux collectivités de réduire leur consommation. Notre expertise permet alors de définir quelles sont les énergies renouvelables disponibles, c’est-à-dire définir le potentiel éolien, le potentiel photovoltaïque ou encore trouver les sources de chaleur perdue qui peuvent être récupérées.

 

Quels sont vos autres axes de travail ?

(suite…)




Compagnie parisienne d’aquaponie : Un réseau de distribution de fruits et légumes connecté

10 décembre 2015

« L’aquaponie est une branche de la culture aquatique qui associe un élevage de poissons en symbiose avec une culture de végétaux ». La Compagnie parisienne d’aquaponie, présente lors de l’exposition Paris de l’Avenir au bassin de la Villette, propose de mutualiser les différentes solutions de production en milieu urbain. Avec un réseau de distribution local connecté, les utilisateurs pourront commander et se faire livrer directement depuis les centres de production grâce à une application pour smartphone.

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome



CitizenWatt : Evaluer sa consommation électrique pour réaliser des économies

10 décembre 2015

Bénéficiant du soutien de la mairie de Paris et de l’expertise de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) et de RTE (Réseau de transport d’électricité), le stand de CitizenWatt au bassin de la Villette, propose au public de découvrir un outil pédagogique et sécurisé qui permet d’évaluer sa consommation électrique en temps réel ; en kiloWatt heure, en euros et en CO2. Cette solution s’inscrit dans une démarche de sciences et technologies participatives et incite le plus grand nombre à fabriquer son propre capteur, lors d’ateliers basés sur la convivialité et où l’on peut échanger collectivement.




Photofuel : Des serres connectées pour optimiser les récoltes

9 décembre 2015

Et si le big data et l’internet des objets se mettaient au service de l’agriculture ? C’est le but que s’est fixé Photofuel en développant Précision GreenHouses (PGH), un réseau de serres intelligent. Des centaines de producteurs de fruits et légumes peuvent ainsi être connectés par PGH. Celui-ci leur permet de bénéficier de capteurs, senseurs et caméras spéciales mais aussi d’une application mobile. Le système aidera alors les agriculteurs à améliorer leurs productions en optimisant l’environnement des cultures et donnera accès, aux consommateurs, à un plus d’informations sur les produits qu’ils achètent.

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome



© Sylvestre Rome

ERDF : Sensibiliser aux enjeux posés par la recharge des véhicules électriques

10 décembre 2015

Sur le bassin de la Villette, les démonstrateurs du stand d’ERDF accueillent les visiteurs pour les sensibiliser aux enjeux posés par la recharge des véhicules électriques et plus particulièrement sur la différence d’impact sur l’environnement, entre une recharge normale et une recharge accélérée.

Un premier atelier invite le public à placer des voitures en modèle réduit sur des bornes de recharges, plus ou moins rapides. Grâce à un écran connecté, les visiteurs peuvent voir la consommation électrique imposée au réseau selon leur choix. Un animateur expliquera les implications pour le dimensionnement du réseau. Un second atelier met à disposition des visiteurs une tablette tactile, sur laquelle figure une carte des rues de Paris. Il faut alors « placer » une borne de recharge sur le plan et choisir sa puissance. Un point vert signifie que le réseau supporte cette borne, un point rouge indique que placer une telle borne à cet endroit nécessiterai d’important travaux pour renforcer le réseau.

ERDF cherche à montrer avec ces deux ateliers les enjeux, en termes de recharge, posés par la mise en place d’un parc de véhicules électriques à grande échelle.




France Energie Eolienne : L’énergie éolienne au service de la transition énergétique

9 décembre 2015

France Energie Eolienne présente sur son stand au bassin de la Villette, ouvert jusqu’au dimanche 13 décembre, une maquette d’éolienne et explique les enjeux à la fois techniques et environnementaux du montage d’un parc éolien. Les équipes de France Energie Eolienne sont là pour faire découvrir au public parisien en quoi l’énergie issue du vent est une solution pour le climat.




Carbon Clean Solutions : Capter le CO2 avant qu’il n’arrive dans l’atmosphère

9 décembre 2015

Quoi de mieux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, que capter le gaz nocif directement à la source ? C’est l’objectif que s’est fixé la société Carbon Clean Solutions en développant un procédé permettant de récupérer le CO2 émit par les cheminées industrielles. Les visiteurs passionnées de chimie et ceux souhaitant en apprendre plus pourront découvrir sur le stand de ce démonstrateur le fonctionnement de ce procédé, composée d’un détendeur, d’un filtre, d’un extracteur et d’un récupérateur.

 




Ecologic Sense et Joul : Un bus qui mesure la pollution

9 décembre 2015

Les deux sociétés Ecologic Sense et Joul ont fondé le projet GreenZenBus, il s’agit d’un système embarqué sur les bus pour mesurer, en temps réel, la pollution atmosphérique au niveau des voies de circulation. Le GreenZenBus est en cours d’expérimentation. Il devrait, à court terme, devenir un outil d’aide à la décision pour les collectivités et un moyen d’informer les usagers. Les deux sociétés espèrent d’ailleurs en faire un instrument de lutte contre le changement climatique via une meilleure compréhension de la pollution atmosphérique.




© Sylvestre Rome

EVESA : Eclairer mieux pour consommer moins

10 décembre 2015

EVESA est la société responsable de l’éclairage public et de la signalisation lumineuse de la ville de Paris suite à la mise en œuvre du Marché à performance énergétique (MPE), voté en 2011. Ce plan a pour objectif de répondre à l’un des enjeux principaux du Plan climat, la réduction de 30% des consommations énergétiques de l’ensemble de l’éclairage urbain parisien, d’ici 2020, ce qui comprend : l’éclairage public, la signalisation lumineuse et les illuminations.

Depuis sa création en 2011, 20 500 luminaires et 10 000 sources de feux tricolores ont été remplacés par des technologies plus performantes, comme la technologie LED, des matériels moins consommateurs et un mobilier plus respectueux du patrimoine et de l’identité de « la ville lumière ». Aujourd’hui, les économies d’énergie dépassent 18%, l’équivalent du parc d’éclairage d’une ville de 400 000 habitants. EVESA accompagne également la ville de Paris pour proposer et installer des solutions d’éclairage innovantes au service des parisiens et de la ville de demain.




EREIE : Une pompe à chaleur qui récupère l’énergie perdue des eaux usées

8 décembre 2015

PAC Facteur 7 est une pompe à chaleur qui capte les calories contenues dans les eaux grises, c’est-à-dire les eaux sales produites quotidiennement comme celles issues du lavage de vaisselle, des mains ou des bains et douches. Ce dispositif imaginé et conçu par la société EREIE peut faire passer une eau de 10 à 27°C et permet ainsi de diminuer sa consommation énergétique de près de 60%, en utilisant simplement de la chaleur perdue, donc gratuite. De plus la source d’énergie issue des eaux grises est constante toute l’année.

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome



DHL : La réalité augmentée pour découvrir la Formule – E

8 décembre 2015

La société de transport et logistique DHL est partenaire du Championnat du monde de Formule – E, une course automobile similaire à la Formule 1 mais 100% électrique. Sur son stand au bassin de la Villette, le transporteur logistique expose son rôle au sein de cette course de façon ludique, grâce à des outils de réalité augmentée et d’écrans tactiles. L’occasion de présenter au public parisien les nouveaux types de véhicules « green » et d’expliquer les innovations utilisées pour transporter les voitures de courses et l’ensemble de la logistique depuis l’aéroport et jusqu’au lieu des Grands Prix.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

© Sylvestre Rome




Nobatek : En immersion dans la construction durable

8 décembre 2015

Nobatek est un centre technologique privé qui intervient auprès des entreprises du BTP et de travaux publics, de promoteurs immobiliers, de maîtres d’ouvrages, de producteurs de matériaux ou encore auprès de cabinets d’architectes. Nobatek présente sur son stand un logiciel de réalité virtuelle à partir de plan de construction. Il sert à tester l’impact environnemental d’un bâtiment avant sa construction. Les acteurs du bâtiment auront désormais un outil leur permettant de relever des objectifs plus élevés en termes de transition énergétique.

IMG_6409 IMG_6420

 

 

 

 

IMG_6442 IMG_6437

© Nobatek




© Sylvestre Rome

La SNCF présente ses solutions pour l’environnement

10 décembre 2015

Au bassin de la Villette, la SNCF souhaite se trouver du côté des solutions, en proposant une offre de services de mobilité bas-carbone pour les derniers kilomètres, ceux entre la gare et le domicile ou le lieu de travail. La SNCF combine aussi différents modes de transports afin de réduire l’impact pour l’environnement du transport de marchandises. Sur son stand la SNCF présente deux solutions :

GEODIS, qui depuis 2011 développe une offre de conseil en logistique urbaine pour les organismes prescripteurs et les autorités, la création et gestion de plateformes à la périphérie des villes pour livraison du dernier km, ainsi que des solutions dédiées en utilisant véhicules électriques et vélos. Et KEOLIS qui déploie des solutions destinées à réduire l’impact environnemental de son parc de véhicules. Ces solutions sont adaptées : énergies alternatives, filtres à particules, systèmes de récupération ou d’économies d’énergie. L’éco-conduite est par ailleurs un levier fort pour la réduction de la consommation de carburants.




POC21 par OuiShare : Des objets nouvelle génération issus de l’économie collaborative

7 décembre 2015

OuiShare est une association fondée en 2012, mais c’est avant tout une communauté de personnes qui défendent le partage de connaissances et qui souhaitent faire émerger une société basée sur les principes de l’économie collaborative. POC21 est un projet lancé en octobre dernier, qui profite du réseau développé par OuiShare et dont le but est de fabriquer des objets « sexy comme Apple mais ouverts comme Wikipédia ». POC21 profite de son stand au Bassin de la Villette pour présenter ces objets.




Lemon tri : Des machines qui récompensent le tri sélectif

7 décembre 2015

Augmenter le taux de recyclage et sensibiliser de façon ludique les citoyens au tri, telles sont les fonctions des machines Lemon Tri. Ces appareils trient les emballages de boissons telles que les canettes, les bouteilles ou les gobelets, permettant ainsi d’augmenter le taux de recyclage. De plus, grâce à un système de loterie, l’utilisateur à une chance de voir son geste récompensé par un cadeau, sous forme par exemple d’un jeton pour un café gratuit ou peut choisir de faire un don à une association.

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome



IDCmem : Transformer les rayons du soleil en énergie pour chauffer l’eau

8 décembre 2015

IDCmem a développé le suiveur solaire bi-énergie. Cette étrange structure est un ensemble de miroirs, disposés autour d’un échangeur thermique, un dispositif qui concentre les rayons du soleil pour générer une température élevée, quel que soit la saison assure Daniel Winninger son concepteur. Comme son nom l’indique, le suiveur solaire suit la course du soleil pour optimiser le rendement tout au long de la journée. L’énergie ainsi produite permet de chauffer l’eau, afin de réduire d’autant sa facture d’électricité. Destiné à l’habitat individuel, il peut être installé sur un toit plat, dans un jardin ou sur une terrasse.

bienergie DSC_0661

 

 

 

 

Crédit photo : Paris & Co




GRDF : Sensibiliser les plus jeunes aux gestes éco-responsables

7 décembre 2015

GRDF est un acteur du service public et souhaite contribuer au développement économique durable et à la transition écologique du territoire en investissant dans les réseaux de distribution de gaz. GRDF développe de nouveaux procédés comme l’utilisation de gaz renouvelables, tels que le biométhane ou travaille sur le BioGNV, un carburant pour nos voitures, plus respectueux de l’environnement. Le distributeur de gaz va lancer un nouveau compteur, Gazpar, qui à l’instar du compteur Linky d’ERDF va chercher à garantir et à améliorer la qualité de service et l’accès aux données de consommations.

GRDF s’est associé à la Ville de Paris pour la COP21 en participant à l’exposition « Paris de l’Avenir » sur le site du bassin de la Villette. Le stand est avant tout dédié aux enfants avec deux maquettes interactives qui permettent de suivre le parcours des différentes énergies (gaz, eau, électricité…) dans une ville. De plus, le distributeur de gaz organise des ateliers de sensibilisations des plus jeunes aux éco-gestes, pour qu’eux-mêmes incitent leurs parents à consommer moins.

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome



Energie solaire et services : Un mobilier urbain photovoltaïque à tout faire

4 décembre 2015

Bornéo est un mobilier urbain « extérieur, connecté et intelligent » qui fonctionne grâce à des panneaux solaires, ne nécessitant ainsi aucun raccordement ou travaux lors de son installation. Il peut accueillir différents types d’équipements selon la demande des clients : des écrans d’informations, des prises de recharges pour appareils électroniques, un point d’accès Wifi, un bouton pour appeler les services d’urgences ou de secours ou encore des caméras de vidéosurveillance.

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome

 




Efficacity 2/2 : Comprendre comment optimiser l’énergie dans les villes

4 décembre 2015

Partant du constat de la hausse de l’urbanisation à l’échelle mondiale, le centre de recherche d’Efficacity développe des solutions destinées à améliorer l’efficacité énergétique des villes et à aider à atteindre les objectifs de la transition énergétique. Le stand présente Connexity : une maquette d’un quartier optimisé sur le plan énergétique, ainsi que des logiciels interactifs pour faire de l’éco‑conception urbaine.




Efficacity 1/2 : Optimiser le réseau de transport des marchandises

4 décembre 2015

Le TramFret est une ancienne rame de tramway, recyclée puis réadapté pour le transport des marchandises et qui utilise le réseau existant en circulant entre les wagons destinés aux voyageurs. Ce projet correspond au nouveau Plan de déplacement urbain (PDU), adopté par le Conseil régional d’Ile-de-France en février 2012, qui vise à rationaliser le flux de marchandises en zone dense pour les derniers kilomètres entre entrepôt et livraison finale.

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome



PlanetWatch24 : Un fertilisant à partir d’une incivilité

4 décembre 2015

Face au problème des « urines sauvages » en centre-ville, PlanetWatch a résolu cette incivilité en la transformant en un puissant fertilisant, 100% bio. La Vespalith est un urinoir ne nécessitant ni eau ni électricité. Cette vespasienne des temps modernes, fabriquée à partir de roche volcanique, est capable de recueillir et recycler l’urine de milliers de donateurs. De plus, elle présente l’avantage de ne causer aucune nuisance olfactive.

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome

 




SymbioFCell : Une pile à hydrogène pour développer l’éco-mobilité

4 décembre 2015

L’hydrogène est la molécule la plus abondante sur notre planète. Combiné avec de l’air dans une pile à hydrogène, il produit de l’électricité en ne rejetant que de l’eau. Symbio FCell développe des piles à hydrogène et les intègre à des véhicules électriques pour doubler leur autonomie. Cette filière se structure pour fédérer des flottes captives et installer des stations de recharge adaptées.

 

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome



Camy et Segula : Un navire écologique de transport des marchandises

4 décembre 2015

Le projet de navire écologique Green Deliriver est présenté par le groupe d’ingénierie Segula Technologies et la Communauté d’agglomération de Mantes en Yvelines (CAMY). Il intègre des technologies permettant une gestion intelligente et optimisée de la marchandise, comme des convoyeurs électriques. Répondant à la forte croissance du e-commerce, Green Deliriver permet de d’acheminer les containers jusqu’aux centres urbains sans saturer la circulation fluviale. Utilisant le biogaz et l’électricité comme carburants, il est respectueux de l’environnement et apporte, selon ses concepteurs, une nouvelle dimension à la logistique fluviale.

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome

 




Sunvie & Adiwatt : Une structure solaire pour les populations isolées

4 décembre 2015

ZE Station, un projet co-développé par Sunvie et Adiwatt, est une structure fonctionnant à l’énergie solaire. Elle est autonome et a vocation à devenir un lieu de vie, d’échanges et de rencontres destiné aux populations isolées. Elle offre également plusieurs types de services : Poste, point livraison, accès au Wifi, téléphone, fax ou encore relai santé et devrait, selon ses concepteurs, permettre de créer 5 emplois durables pour gérer ces services, qui seront proposés à tarifs préférentiels du fait de la gratuité énergétique.

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome

 




Eiffage : Construire autrement l’habitat de demain

4 décembre 2015

Eiffage, à travers son laboratoire de recherche en développement urbain durable baptisé Phosphore, imagine l’habitat de demain. Des premières applications ont déjà vu le jour comme la résidence étudiants Jean-Jouzel à La Rochelle, réalisée à partir de modules 3D en bois massif contrecollé. Ce procédé, au-delà de sa rapidité d’exécution, contribue à l’atteinte de performances énergétiques élevées. Le bâtiment passif bat tous les records de stockage de carbone par rapport à d’autres solutions existantes, avec 600 tonnes stockées. Les modules de bois massif contrecollé commercialisés sous le nom d’Eiffage Construction Concept Lignum 3D, sont préfabriqués en usine, puis directement transportés sur chantier. Posés au rythme de quatre unités par jour pour la résidence Jean-Jouzel, le chantier a duré à peine sept mois.

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome

 




Anne Hidalgo visite l’exposition au bassin de la Villette

3 décembre 2015

Profitant du léger redoux en ce début de mois de décembre, la maire de Paris Anne Hidalgo, accompagnée de François Dagnaud, maire du 19e, de Jean-Louis Missika, Adjoint à la maire de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, du projet du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité et de Christophe Najdovski Adjoint à la maire de Paris chargé des transports, des déplacements, de la voirie et de l’espace public, sont venus visiter l’exposition Paris de l’Avenir qui se tient en ce moment et jusqu’au 13 décembre au bassin de la Villette. Alors que les 150 chefs d’Etats présents au Bourget pour la COP21 tentent de trouver un accord pour contenir le réchauffement climatique sous le seuil des 2°C, les trente stands du quai de la Seine présentent aux parisiens leurs innovations en matière d’environnement.

Malgré son emploi du temps, Anne Hidalgo a tenu à parcourir l’intégralité de l’exposition. Elle a ainsi pu découvrir le fonctionnement d’une pile à hydrogène, comprendre le procédé de fabrication d’un béton à partir des gravats issus des chantiers de construction ou encore être sensibilisée à l’installation de toilettes sèches en ville.

Au cœur des discussions : développement de l’éco-mobilité, utilisation de l’énergie solaire, optimisation des dépenses énergétiques et réduction des coûts pour les usagers et la ville de Paris. Des thèmes chers à la maire qui en a profité pour saluer le travail de ces jeunes entreprises.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

(suite…)




Atelier Raum architectes : Un béton produit à partir de matériaux recyclés

4 décembre 2015

Atelier Raum architectes en partenariat avec le Matériaupôle ont développé « Marbre d’ici ». Il s’agit d’un procédé de fabrication qui permet de produire localement du béton à partir du recyclage des gravats provenant des démolitions d’immeubles. Marbre d’ici est issu d’un processus vertueux sur le plan environnemental. Réduits en poudre et mélangés à du ciment et coulés en strates, les déchets du BTP sont transformés en une matière noble. Une nouvelle ressource pour la construction, l’aménagement d’espaces publics ou encore pour le design.

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome

 




Préparez votre visite au Bassin de la Villette

2 décembre 2015

 

Vous projetez de venir découvrir les innovations et bonnes pratiques en faveur du climat sur le Bassin de la Villette ? 31 stands vous attendent jusqu’au 13 décembre, entre la place Stalingrad et la passerelle côté quai de Seine ! Découvrez les projets et partagez vos découvertes favorites sur twitter #parisdelavenir.

Pour préparer au mieux votre visite, nous vous invitons à télécharger le dossier de présentation  qui vous offre un descriptif de l’ensemble des exposants.

IMG_4421

(suite…)




Vedecom : Un véhicule électrique capable de stocker l’énergie

4 décembre 2015

Le véhicule électrique autonome VEDECOM permet de répondre à deux enjeux majeurs de la transition énergétique : le stockage de l’énergie et la mobilité pour tous. Il permet le développement de nouveaux services et présente la capacité de stocker de l’énergie pour ensuite pouvoir la restituer lors des pics de consommation énergétique en alimentant par exemple des équipements électroménagers.

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome

 




Defab : De l’eau chaude grâce aux datacenters

2 décembre 2015

StarWatts est un dispositif qui permet d’améliorer la capacité numérique des villes tout en réduisant leur consommation d’énergie et leur empreinte carbone. Grâce à un chauffe-eau alimenté gratuitement par la chaleur des équipements informatiques, un module numérique récupère l’énergie dégagée et rembourse la facture d’eau chaude des bâtiments publiques alentours. StarWatts offre ainsi un service de calcul intensif abordable pour les villes et les entreprises tout en optimisant les dépenses énergétiques.

Defab_P




Ecosec : Des toilettes publiques symboles de la transition écologique

1 décembre 2015

Semi-permanent, le système de toilette sèche développé par Ecosec rend son utilisation agréable et sans odeur. Le nettoyage pluri-quotidien et le distributeur de gel antibactérien permettent une hygiène parfaite du lieu. La cabine fabriquée en fibre de lin est aussi adaptée aux personnes à Mobilité Réduite et réponds aux fortes affluences grâce à des urinoirs extérieurs.

Ecosececosec2

 




« Paris est une ville ouverte et créative »

1 décembre 2015

Par Célia Blauel, adjointe à la Maire de Paris, en charge de l’environnement, du développement durable, de l’eau et du plan climat et Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire, en charge de l’urbanisme, de l’architecture, du projet du grand Paris, du développement économique et de l’attractivité.

Face aux enjeux que nous posent le dérèglement climatique, la transition énergétique ou encore l’approvisionnement durable de la Ville, la collectivité s’est fixée des objectifs ambitieux d’ici 2020 : 25% de baisse des consommations énergétiques du territoire, 25% de réduction des gaz à effet de serre d’ici 2050, 30% d’énergies renouvelables et de récupération en plus dans le mix énergétique de la collectivité, 100 hectares de végétalisation dont 30 d’agriculture urbaine et enfin 50% d’alimentation biologique dans les cantines de la ville.

Pour réussir ces défis, la Ville travaille de manière ouverte, en partenariat avec les acteurs du territoire et en attirant les compétences des innovateurs du monde entier. Ainsi, elle s’appuie sur le dynamisme, le savoir-faire et la capacité à innover des chercheurs, des entrepreneurs et des acteurs économiques qui sont engagés aux côtés des Parisiens. Ces acteurs disposent de technologies et de solutions concrètes qui sont des réponses immédiates, adaptées et prometteuses pour contribuer à résoudre significativement la grande équation climatique des territoires.

Parce que nous les accompagnons, parce que nous croyons en leurs solutions, dans le progrès et l’innovation, Paris a ouvert ses portes, et davantage encore, son espace public pour permettre à ces acteurs d’exposer et de valoriser à ciel ouvert pendant le temps de la COP21 leurs produits et services.

Nous vous invitons à découvrir, au Bassin de la Villette, la diversité et la qualité des démonstrateurs, prototypes et solutions innovantes des exposants et partenaires du Paris de l’Avenir. Ceux-ci partagent notre conviction que le climat est l’affaire de tous et que nous devons tous nous mobiliser ; ensemble nous souhaitons faire la preuve que des solutions concrètes existent, sont disponibles et à la portée de tous.




Altinnova : Des abris sécurisés pour stationner les vélos

30 novembre 2015

Les abris vélos baptisés « Cigogne » ont été développés par Altinnova pour le compte de la SNCF. Ils sont composés de modules qui se posent directement sur le sol, sans avoir besoin de travaux préalables. Conçus pour répondre aux besoins des cyclistes qui se rendent dans les gares, ces modules permettent le stationnement sécurisé d’une flotte de 20 vélos. Les utilisateurs pourront ainsi venir avec leur vélo dans les gares, sans crainte de se le faire voler. De plus les abris Cigogne proposent différents services comme un système de recharge pour les vélos à assistance électrique ou un poste de gonflage en libre-service.

Cigogne

 




Des solutions concrètes pour le climat au service de la ville de demain

30 novembre 2015

La Conférence des parties sur le climat a officiellement commencé ce lundi 30 novembre. Le Président de la République François Hollande et le ministre des Affaires étrangères et du développement international Laurent Fabius, accueillent au Bourget les 150 chefs d’Etats avec l’objectif de trouver un accord mondial permettant de contenir à 2°C le réchauffement climatique. De son côté, Jean Louis Missika adjoint à la mairie de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, a inauguré jeudi dernier l’exposition « Paris de l’avenir » qui se tient au bassin de la Villette et qui réunit 30 exposants venus montrer leurs innovations pour construire la ville de durable de demain autour de 4 grandes thématiques : l’éco-mobilité, l’énergie, l’utilisation des ressources et l’aménagement urbain.

Depuis ce week-end et jusqu’au 13 décembre, le long du quai de Seine aux métros Stalingrad ou Jaurès, les visiteurs pourront découvrir les solutions imaginées par les jeunes start-up ou les grandes entreprises, partenaires de la ville de Paris.




IMG_4421

Le Bassin de la Villette à l’heure de la COP21

30 novembre 2015

L’exposition du Bassin de la Villette a ouvert ses portes depuis lundi dernier. Les 30 exposants accueillent les parisiens et les touristes ce week-end et jusqu’au 13 décembre. Ils présentent leurs innovations en faveur de l’environnement autour de 4 thématiques : améliorer l’efficience énergétique, développer l’éco-mobilité, favoriser l’économie circulaire et construire ville durable de demain.

L’exposition se déroule le long du Bassin de la Villette aux métros Jaurès (Lignes 2, 5 et 7bis) ou Stalingrad (Lignes 2, 5 et 7).

DSC_0678DSC_0665

DSC_0679DSC_0669




Une ADP

Aéroports de Paris : « Notre réflexion à long terme s’oriente vers un Smart Airport à impact neutre en termes d’émissions carbone »

4 décembre 2015
02-01-2014 086 bis BD
Patrick Jeantet

Interview de Patrick Jeantet, Directeur Général délégué du groupe Aéroports de Paris

Pourriez-vous présenter Aéroports de Paris ?

Nous sommes propriétaires et gestionnaires d’une dizaine d’aéroports en Ile de France dont ceux de Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly et l’aéroport d’affaire de Paris-Le Bourget. Au total, cela représente 240 millions de passagers par an, dont 64 millions qui transitent par Paris-Charles de Gaulle ce qui le place au huitième rang mondial. Nous avons également des participations dans la conception et la gestion de 38 aéroports de par le monde ce qui nous place comme un leadeur mondial dans notre secteur.

Quel est l’impact pour vous de la venue de la COP21 à Paris ?

La COP21 est le rassemblement qui réunit le plus de chefs d’Etats et les débats auront lieu au Bourget, d’une certaine manière c’est donc Aéroports de Paris qui accueille cette conférence. De plus ces chefs d’Etats arriveront par avions dans nos aéroports, accompagnés de leurs délégations. Si on ajoute le secteur privé et les représentants de la société civile : la COP21 c’est près de 40 000 participants. Nos équipes sont donc mobilisées à plein temps depuis de nombreuses semaines pour que cet évènement soit une réussite.

Cela vous a-t-il sensibilisé aux questions environnementales ?

(suite…)




Lancement de l’exposition au Bassin de la Villette

25 novembre 2015

La mairie de Paris ayant reçu l’autorisation de la préfecture de police, l’exposition « Paris de l’avenir » au Bassin de la Villette aura bien lieu. Elle bénéficiera en outre d’un dispositif de sécurité renforcé. L’ouverture au public se fera le lundi 23 novembre.




Une EVESA

EVESA : « les enjeux énergétiques remettent Paris en lumière »

20 novembre 2015
Bertrand RICHARD
Bertrand RICHARD

Interview de Bertrand Richard, Président d’EVESA


Qui est EVESA ?

EVESA est la société qui a la responsabilité de l’éclairage public et de la signalisation lumineuse de la Ville de Paris. Créée en 2011, EVESA a en charge la mise en œuvre du Marché à Performance Energétique (MPE) de la capitale. Avec ses 350 collaborateurs, EVESA assure ainsi la maintenance et l’exploitation mais également la transformation de ce parc d’éclairage afin d’atteindre l’un des objectifs du Plan Climat parisien : réduire de 30% de la consommation électrique de la ville d’ici 2020. Notre périmètre regroupe les rues, les parcs et jardins et les sites d’illumination de Paris intra-muros, le périphérique ainsi que les bois de Vincennes et Boulogne, soit 175 000 point lumineux et 1 800 carrefours. La capitale possède un patrimoine historique exceptionnel qui fait son charme et attire les touristes du monde entier. Il s’agit donc pour nous de transformer l’éclairage public, de le rendre moins énergivore, tout en préservant l’ambiance lumineuse de la « ville lumière. »


Quel est votre bilan après 4 ans d’existence et vos solutions pour atteindre l’objectif ?

(suite…)




image001

Une vitrine de solutions en faveur du climat au Bassin de la Villette

19 novembre 2015

La COP21 approche à grands pas. En guise d’introduction, la Mairie de Paris s’apprête à recevoir près d’un millier de maires et gouverneurs du monde entier lors du « Sommet des élus locaux » à l’Hôtel de Ville de Paris le 4 décembre prochain. En parallèle, Anne Hidalgo vient d’annoncer un nouveau plan pour la transition énergétique. Après celui entrepris par l’ancien maire Bertrand Delanoë pour la période 2008-2014, le nouveau plan se donne jusqu’à la fin de la mandature actuelle en 2020 pour réduire de 30% la consommation énergétique de la capitale. Un objectif ambitieux financé par un « Green bond » – emprunt dont les fonds ne peuvent servir qu’à des projets écologiques – de 300 millions d’euros.

Mais l’effort pour réussir le pari de la transition énergétique ne peut être supporté par les seules collectivités locales. Le secteur privé doit y apporter sa contribution et dans cette optique la Mairie organise des expositions pour présenter au public parisien et aux touristes, les grands groupes et les start-up qui innovent pour l’environnement. Après les Berges de Seine aux mois d’août et septembre, c’est au tour du bassin de la Villette d’accueillir les stands autour de quatre thèmes : Mobilité et logistique, Energie, Utilisation des ressources et Aménagement urbain.

En parcourant le quai, les passants remarqueront certainement le mobilier « intelligent et connecté » Borneo de la société Energie Solaire et Service. Celui-ci permet de recharger son téléphone et d’avoir un point d’accès Wifi grâce à ses panneaux solaires. Ils auront l’occasion de tester un ou plusieurs des douze produits et solutions développés par POC21 ; un camp d’innovateurs qui a réuni, en septembre dernier au château de Millemont, une centaine de pionniers venus du monde entier dans des ateliers collaboratifs. Les promeneurs pourront comprendre le fonctionnement des pompes à chaleur qui récupèrent les calories des eaux usées en s’arrêtant au stand d’EREIE. Ils auront également la possibilité d’expérimenter le casque de réalité virtuelle de DHL, pour découvrir la Formule-E, une course de voiture 100% électriques.

Au total, 30 exposants sont disposés le long du Bassin de la Villette entre les métros Jaurès et Stalingrad et présentent leurs innovations du 18 novembre au 13 décembre.

Mise à jour le 16/11/2015 – En raison des évènements du vendredi 13/11 et des mesures de sécurités prises par le gouvernement et la mairie de Paris : l’ouverture des expositions, au Bassin de la Villette et sur le parvis de l’Hôtel de Ville, est suspendue pour le moment, nous vous tiendrons informés.




Une Eiffage

EIFFAGE : « Des solutions innovantes pour construire autrement l’habitat de demain »

10 novembre 2015

Valérie David - DSC4808 - 2014 05 26Interview de Valérie DAVID, Directeur du Développement Durable d’Eiffage

Pourquoi participer aux expositions de la Mairie de Paris en amont de la COP21 ?

Par sa participation Eiffage souhaite valoriser la ville comme creuset des solutions de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le besoin de ville durable se fait en effet toujours plus pressant et est nourri par trois urgences. Environnementale tout d’abord, conséquence d’un mouvement d’urbanisation rapide et global, puisqu’on estime à 2,5 milliards le nombre d’urbains supplémentaires d’ici 2050. Sociale ensuite, car la ville durable est née de migrations urbaines à visée économique et enfin, car elle exige de construire plus vite et moins cher. De plus, il s’agit d’exposer aux Parisiens l’originalité des solutions concrètes d’entreprises qu’ils ne pourraient pas nécessairement découvrir en dehors de cette manifestation.

Comment s’inscrit votre entreprise dans le processus de transition énergétique ?

Après l’identification et la mesure des émissions de gaz à effet de serre des activités – préalables nécessaires à toute conduite du changement dans ce domaine – nous nous concentrons sur deux niveaux de réponses. A l’échelle d’une ville et du bâti mais aussi dans le cadre d’une vision systémique plus globale avec le génie civil, les infrastructures et le réseau autour des bâtiments. A titre d’exemple, l’approfondissement et la promotion des savoir-faire en termes de construction durable et de rénovation énergétique, sont confortés par un recours systématique aux certificats d’économie d’énergie au profit des clients.

Avez-vous opéré des changements au sein de l’entreprise pour répondre aux exigences climatiques ?

(suite…)




Une Eau de Paris

Eau de Paris : « Valoriser l’eau non potable, un levier indispensable de la lutte contre le changement climatique »

26 octobre 2015
Célia Blauel, adjointe à la mairie de Paris et Présidente du Conseil d’administration d’Eau de Paris
Célia Blauel, adjointe à la mairie de Paris et Présidente du Conseil d’administration d’Eau de Paris

Interview de Célia Blauel, adjointe à la mairie de Paris en charge de l’environnement, du développement durable, de l’eau, de la politique des canaux et du « plan climat énergie territorial » et Présidente du Conseil d’administration d’Eau de Paris

 


Pourriez-vous présenter « Eau de Paris » ?

Eau de Paris est la plus importante entreprise publique de l’eau en France et compte 925 salariés. Elle a pour missions de prélever, traiter et distribuer en continu et en toute circonstance de l’eau potable à plus de 3 millions d’usagers, dont 2,2 millions de Parisiens. Producteur et distributeur d’eau, Eau de Paris est responsable de la qualité de l’eau délivrée au robinet des consommateurs, qu’elle contrôle grâce à son laboratoire d’analyses et de recherche. Elle veille à entretenir son patrimoine, à limiter l’impact de son activité sur le milieu naturel et à protéger la ressource en eau. Par ailleurs, elle se maintient à la pointe de l’innovation et propose des alternatives à l’eau potable pour des usages urbains et industriels via le recours à son réseau d’eau non potable. Enfin elle assure avec brio la relation client et sensibilise le grand public aux questions liées à l’eau.


Quels sont les usages de l’eau non potable ?

(suite…)




Une GrDF

GrDF : « Les technologies numériques entrent dans les conduites de gaz pour assurer la transition énergétique »

20 octobre 2015

C FARRUGIAInterview de Christian Farrugia, Directeur Clients Territoires Ile-de-France

 

Quelles sont les missions de GrDF ?

GRDF est un opérateur industriel dont la mission est centrée sur l’acheminement du gaz naturel. Nous construisons et entretenons les conduites de gaz : 195 851 kilomètres en France. C’est un réseau qui a été pensé pour contribuer à relever les défis d’attractivité des territoires, et à répondre aux enjeux environnementaux et de compétitivité économique. Nous nous inscrivons pleinement dans la lutte contre le changement climatique en favorisant les énergies vertes qui associent le gaz aux énergies renouvelables. Nous avons d’ailleurs, proposé un scénario de transition énergétique de long terme qui fixe un cap ambitieux en termes de réduction des émissions des gaz à effet de serre à l’horizon 2050. C’est le sens de l’engagement que j’ai pris au nom de GrDF, le 12 octobre dernier en signant la Charte en faveur du Climat aux côté de la Ville de Paris.


Quelles actions allez-vous engager pour le changement climatique ?

(suite…)




Le train du climat fait son tour de France

12 octobre 2015

Initié par la SNCF et le collectif de chercheurs « les messagers du cl!mat », un « train expo » partira de Paris le mardi 06 octobre et traversera 19 grandes villes avant d’arriver à Nancy le 25 octobre. Le train du climat accueillera les visiteurs souhaitant s’informer sur le changement climatique. Trois voitures thématiques permettront de comprendre : le rôle de l’action humaine sur le climat, les risques encourus par la planète en cas d’inaction et les moyens pour lutter contre la hausse des émissions de gaz à effet de serre. Dans chaque ville étape, des animations et des expositions sont prévues pour sensibiliser le grand public à ces questions.

Infos pratiques : ici




Une reportage fin acte 2

Un dernier week end pour voir les innovations en faveur du climat

12 octobre 2015

Située sur les quais entre le musée d’Orsay et le pont de l’Alma, l’exposition Acte II Berges de Seine touche à sa fin. Il reste encore un week end pour découvrir les solutions proposées par les démonstrateurs sur le thème de l’économie circulaire. Ce concept met en avant la valorisation et la réutilisation des déchets pour préserver l’environnement et s’inscrit pleinement dans la démarche de transition énergétique.

InevalLa loi Grenelle II obligera, à partir du 1er janvier 2016, la valorisation des déchets alimentaires pour tous les sites qui en engendrent plus de 10 tonnes par an, comme les cantines scolaires ou les restaurants d’entreprise. Dans ce sens, Ineval, une startup fondée il y a six ans et basée à Montreuil (Seine-Saint-Denis), a conçu l’ECOdigesteur, une unité de méthanisation miniature. « Le principe est simple : reproduire à l’échelle industrielle ce qu’il se passe dans nos estomacs », raconte Romain Martin, gérant d’Ineval. « Tous les déchets organiques, c’est-à-dire les épluchures de légumes, les restes de viandes et poissons, les laitages, etc. sont stockés dans un container chauffé. Les bactéries dégradent la matière organique et produisent ainsi du méthane, du dioxyde de carbone et le « digestat », un fertilisant naturel ».

L’installation de l’ECOdigesteur revêt un volet éducatif important car il nécessite la formation du personnel et la sensibilisation des usagers pour réaliser le tri sélectif de leurs déchets. La jeune société n’a pas pour objectif d’entrer dans un processus de revente énergétique, la production de méthane étant relativement modeste à l’échelle de la cantine. Ce biogaz peut cependant être utilisé localement. Dans les locaux d’une cantine scolaire il permettrait l’alimentation d’un chauffe-eau ou d’un lave-vaisselle. Collé à l’ECOdigesteur d’Ineval, un autre stand travaille au réemploi des déchets, mais cette fois-ci à plus grande échelle.

(suite…)




Le ministère de l’Ecologie associe les citoyens à la lutte contre le changement climatique

12 octobre 2015

Le ministère de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie vient de lancer une plateforme collaborative pour que chaque citoyen puisse contribuer au débat de la transition énergétique et apporte des solutions au dérèglement climatique. Cet espace de participation citoyenne a pour objectif d’associer et de mobiliser la société civile à la mise en œuvre des politiques publiques en faveur de l’environnement, avant la tenue de la COP21 du 30 novembre au 11 décembre à Paris.

Pour participer au débat rendez-vous sur www.votreenergiepourlafrance.fr




Une TOSS

Le TOSS, un transport futuriste en milieu urbain

12 octobre 2015

Une balade sur le quai des Invalides ce week end sera l’occasion de découvrir un nouveau moyen de transport urbain futuriste : le Transport Organisé par Section et par Séquences (TOSS). Pour l’instant le TOSS n’est qu’un concept mais son inventeur, l’ingénieur Luc Delons, profite de l’exposition Acte II de la mairie de Paris pour dévoiler son projet aux promeneurs des Berges de Seine.

Le TOSS présente une innovation majeure. « Contrairement aux bus, tramways ou métros qui transportent des voyageurs selon des horaires prédéfinis, le TOSS se met en marche uniquement lorsque des passagers montent à l’intérieur », commente Luc Delons. « Il peut facilement être implanté en milieu urbain puisqu’il emprunte une voie unique qui ne mesure que 2 mètres de large. L’équivalent d’une piste cyclable ». Cette voie se situe au niveau de la rue mais peut également être aérienne, enterrée ou semi-enterrée.

(suite…)




Le Dôme du climat ouvre ses portes

12 octobre 2015

Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie et Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education ont inauguré ce matin, en présence du Président de la République François Hollande, le Dôme du climat dans la cour du ministère de l’Ecologie. La structure de 14 mètres de diamètre et de 7 mètres de haut permettra de présenter au grand public les activités spatiales liées à l’observation de la Terre. A l’intérieur, le thème « l’espace au service du climat » est mis en avant via un écran panoramique qui diffuse des films réalisés pour l’occasion. Des dispositifs interactifs permettent aux visiteurs de mieux comprendre les enjeux autour de 5 grands thèmes : la montée des eaux (l’hydrosphère), la fonte glaciaire (la cryosphère), la déforestation (la biosphère), l’effet de serre (l’atmosphère) et les activités humaines (l’anthroposphère).

 




Une ESF

Electriciens sans frontières développe les énergies renouvelables dans les pays les plus pauvres

12 octobre 2015

Créée en 1986 par une vingtaine d’anciens salariés d’EDF, Electriciens sans frontières (ESF) présente, sur les Berges de Seine, ses projets d’accès à l’électricité pour les pays les plus pauvres. Avec comme objectif de faciliter « le développement humain et collectif », l’ONG qui compte aujourd’hui près de 1000 bénévoles, opère principalement en Afrique mais aussi en Asie du sud-est et en Amérique du sud. « Nous visons essentiellement les structures collectives comme les écoles ou les hôpitaux car c’est le meilleur moyen de toucher le plus grand nombre », explique Laura Cornu, chargée de communication. « Nous ne nous limitons pas à des projets d’accès à l’électricité, nous construisons par exemple des moyens d’accès à l’eau dans les zones rurales isolées », complète-t-elle.

(suite…)




Une oureparer

Oureparer.com donne une seconde vie aux objets du quotidien

12 octobre 2015

Faire réparer ses objets du quotidien peut parfois ressembler au parcours du combattant, où trouver un réparateur ? Les tarifs proposés sont-ils corrects ? Quelles garanties ? Le site internet oureparer.com propose de mettre en relation les personnes qui souhaitent faire réparer un objet avec des réparateurs près de chez soi. « Nous sommes partis du constat qu’il y a une grande quantité d’objets qui partent aux encombrants alors qu’ils sont encore fonctionnels. Ils finissent incinérés et ne sont donc absolument pas valorisés », explique Clément Follin-Arbelet, cofondateur du site.

Oureparer.com ne veut pas se résumer à un simple site de mise en relation marchand-client. « La réparation entre dans le processus d’économie circulaire. L’allongement de la durée de vie de nos appareils, permet de réduire la quantité de déchets, en particulier électronique », précise le jeune entrepreneur. « Il faut aussi favoriser l’accès aux pièces détachées, car la réparation à un coût pour l’environnement bien plus faible que l’achat d’un appareil neuf », ajoute-t-il.

Un concept simple mais efficace

(suite…)




Quatre projets d’arrêtés pour développer la géothermie

12 octobre 2015

La Ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, a présenté de nouveaux mécanismes qui visent à soutenir et aider le développement de la filière « géothermie ». Celle-ci consiste à utiliser les calories (chaleur) contenues dans le sol terrestre pour les utiliser directement ou pour les convertir en électricité. Après un an de consultation avec les acteurs de ce secteur et pour répondre à son engagement de mettre en place cette réforme avant la fin de l’année, la Ministre a présenté quatre projets d’arrêtés. Ils doivent permettre de dynamiser l’utilisation des énergies renouvelables produites par la géothermie et par le biométhane issu des décharges et des stations d’épuration. Un levier supplémentaire pour atteindre les objectifs de la loi de transition énergétique et porter ainsi à 32% la part des énergies renouvelables dans la consommation globale d’ici 2030.




Une Bis Love Your Waste

Love Your Waste valorise les déchets alimentaires

12 octobre 2015

Fondée en 2013, Love Your Waste propose une solution pour valoriser les déchets alimentaires issus des cantines scolaires et des restaurants d’entreprise. S’inscrivant pleinement dans la démarche d’économie circulaire, la société prend en charge le tri, la collecte et la valorisation énergétique pour lutter contre le gaspillage alimentaire. « Le premier aspect de notre travail est la mise en place d’une logistique dédiée au tri sélectif. Nous installons, en cuisine et en salle, des bacs nominatifs réservés aux biodéchets. Nous organisons ensuite leur collecte et leur transport en partenariat avec une structure d’insertion de chômeurs de longue durée. Ces biodchets sont alors acheminés à une usine de méthanisation où ils sont transformés en biogaz et en engrais naturels », explique Juliette Franquet, Responsable communication et cofondatrice de Love Your Waste. « Comme chaque établissement est unique, nous réalisons un diagnostic spécifique pour apporter une réponse adaptée à chacun de nos partenaires », ajoute-t-elle.

Afin que les personnels et les convives s’impliquent dans ce processus, Love Your Waste offre diverses prestations, comme des formations ou la mise en place de campagnes de sensibilisation sur le tri et le gaspillage alimentaire.

(suite…)




Une journée sans voiture à Paris

12 octobre 2015

Faisant suite au vœu du collectif « Paris sans voiture », la mairie de Paris lance la première journée sans voiture ce dimanche 27 septembre. Certaines zones de la capitale seront entièrement piétonnisées et dans le reste de Paris les voitures ne pourront circuler qu’à 20 km/heure. Cette mobilisation inédite s’inscrit dans le cadre de la Conférence Climat (COP21) qui aura lieu du 30 novembre au 11 décembre au Bourget. Le dispositif « journée sans voiture » vient s’ajouter aux efforts de la Mairie pour sensibiliser le grand public aux enjeux de transition énergétique.

De nombreux évènements festifs sont prévus pour que les parisiens se réapproprient l’espace public. Ce sera l’occasion, entre autre, d’aller découvrir les innovations environnementales des partenaires de la ville sur les Berges de Seine.




SNCF Réseau sur les rails de l’économie circulaire

12 octobre 2015

SNCF Réseau est engagé en faveur du climat via des actions concrètes d’économie circulaire tout en sensibilisant le grand public aux enjeux du changement climatique. Bernard Torrin, Directeur Environnement et Développement Durable chez SNCF Réseau, explique comment SNCF Réseau transforme ses déchets en véritables ressources pour inscrire le transport ferroviaire dans un processus de transition énergétique.




Les jardins à l’honneur en Ile-de-France

12 octobre 2015

La ville de Paris lance, ce week end du 26-27 septembre, la 19e fête des jardins. Tous les Franciliens sont invités à participer à des animations dans plus de 150 sites comme les parcs, jardins, bois et squares à travers 23 villes en Ile-de-France. Ils pourront partager leurs photos sur Instagram avec le hashtag #fetedesjardins et seront accueillis par les acteurs de l’environnement comme les jardiniers, les paysagistes ou encore les bucherons travaillant pour la Mairie. Au programme, plus de 400 animations gratuites pour « explorer les espaces verts autrement », « participer à la végétalisation de la ville », « découvrir l’agriculture urbaine » ou encore « préserver la biodiversité et agir pour le climat ». Des animations sont également organisées spécialement pour les plus jeunes.

Le programme complet ici




Une CyClopeurOrange

Cy-Clope : la 1ère filière de gestion des mégots de cigarette

12 octobre 2015

Conscients de l’impact des mégots de cigarette sur l’environnement, les élus parisiens ont récemment voté la verbalisation de toute personne jetant un mégot par terre dans la Capitale. Cy-Clope, une startup lyonnaise créée en avril 2015, propose justement une solution de récupération et de recyclage de ces déchets. « Les mégots de cigarettes sont omniprésents dans les entreprises et ils ne sont absolument pas valorisés », explique Antoine Di Tommaso, cofondateur de la start-up. « Nous avons mis en place une solution complète de recyclage, qui va de la collecte jusqu’à la valorisation du déchet », poursuit-il.

Cy-Clope propose en effet plusieurs prestations. Tout d’abord un état des lieux des « pauses cigarettes » est réalisé pour évaluer le nombre de cendriers nécessaires. Elle installe ensuite le « Cy-Clopeur », un cendrier qui incite par son design moderne à jeter ses mégots dedans plutôt que sur le sol. La collecte permet ensuite de transférer ces déchets vers une filière de recyclage. « Le papier, les cendres et le tabac servent à faire du compost tandis que les filtres sont transformés en matières plastiques », précise le jeune entrepreneur. Lors de l’implantation des Cy-Clopeurs au sein d’une entreprise, une charte est signée pour sensibiliser les fumeurs sur la question des déchets. L’équipe assure également un suivi en proposant un bilan environnemental régulier suite à l’utilisation des Cy-Clopeurs.
(suite…)




Le big data au service de l’environnement

12 octobre 2015

Cap Digital, le pôle de compétitivité spécialisé dans la transformation numérique, organise une conférence du 23 au 25 septembre au CNAM à Paris pour découvrir la Research Data Alliance (RDA) et ses applications pour l’environnement. La RDA se fixe l’objectif de faciliter les échanges de données au niveau mondial entre les startups, les PME et les grandes entreprises. Avec la participation d’Axelle Lemaire, Secrétaire d’État chargée du Numérique, la conférence mettra l’accent sur l’engagement des entreprises dans le développement d’outils et la mise en place de politiques publiques permettant l’analyse de masses de données (big data) liées aux enjeux de la transition énergétique.

Plus d’information ici




Une R2 v2

L’économie circulaire à l’honneur sur les Berges de Seine

12 octobre 2015

Bravant la pluie, trois élus de la Mairie de Paris sont venus, ce jeudi, à la rencontre des nouveaux démonstrateurs. « Il y a encore deux ans, des voitures circulaient ici », explique Jean-Louis Missika, adjoint à la Mairie de Paris chargé de l’urbanisme. « Nous avons fait des Berges de Seine, l’étendard de la reconquête piétonnière à Paris », précise-t-il fièrement. La nouvelle exposition est placée sous le thème de l’économie circulaire, un concept économique qui s’inscrit pleinement dans le processus de transition écologique et qui a pour pilier la réutilisation les déchets dans le cycle de production. « Il faut changer de modèle de production et emmener l’ensemble de la société dans cette lutte pour la transition énergétique. », résume Célia Blauel, adjointe à la Mairie de Paris, en charge de l’environnement. « La lutte pour le climat est un enjeu pour tous », embraye Antoinette Guhl. L’adjointe à la Mairie de Paris en charge de l’économie sociale et solidaire poursuit : « Au même titre que les entreprises font de l’innovation technologique, nous les élus, devons faire de l’innovation politique pour passer d’une société du jetable à une société durable ». Les professionnels de la politique auront l’occasion de faire avancer les choses en matière de climat lors de la COP21 qui aura lieu à Paris en décembre prochain, en attendant les startups et entreprises du CAC40 présentent sur les Berges de Seine proposent toutes sortes d’innovations.

Le recyclage comme pilier de l’économie circulaire

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome

Présentée par Renault comme « la solution pour le climat », la ZOE est un véhicule 100% électrique construit à partir de pièces de voitures en fin de vie. La production d’électricité nécessaire au chargement de ses batteries fait appel aux énergies renouvelables (solaire, hydraulique, éolien, etc.). Pour sa commercialisation, ZOE ne sera pas vendue mais louée, Renault reste propriétaire et donc responsable des pièces de la voiture et notamment de la batterie. Ces dernières sont récupérées par la marque au losange lorsque ZOE arrive en fin de vie. Les matériaux tels que le lithium, le cuivre ou l’aluminium sont ensuite réutilisés pour produire de nouvelles batteries.

(suite…)




DSC_9984

Un jardin potager sur les toits de Paris

12 octobre 2015

DSC_4900L’association Veni Verdi en collaboration avec ERDF et la Mairie du 2ème arrondissement de Paris, viennent d’inaugurer un jardin potager sur le toit du bâtiment abritant les locaux de l’entreprise qui gère le réseau électrique français. Après avoir monté 12 tonnes de terre sur le toit de 220 m², les bénévoles ont pu récolter 110 kg de légumes après trois mois. « Produire de l’alimentation n’est pas anodin, c’est notre responsabilité à tous », a déclaré Nadine Lahoud, présidente de l’association Veni Verdi.

Le toit accueille une quinzaine d’espèces de légumes différentes parmi lesquelles : des rutabagas, des radis noirs, des petits pois ou encore des plantes aromatiques (cerfeuil, menthe, coriandre…). Pour l’instant, les récoltes sont vendues aux employés d’ERDF, mais l’objectif à terme est de multiplier ces expériences afin d’alimenter un circuit court, en vendant aux restaurants et commerçants locaux. « Nous souhaitons développer une véritable filière et pouvoir commercialiser cette production pour la vendre sur les marchés parisiens ou dans des AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne)», a ajouté Pénélope Komitès, adjointe à la Mairie de Paris en charge des espaces verts.IMG_6387

La végétalisation est un enjeu majeur de la transition écologique, puisque les plantes transforment le dioxyde de carbone en oxygène grâce à la photosynthèse. Dans ce sens la Capitale s’est fixée comme objectif de végétaliser 100 hectares à l’horizon 2020.

(suite…)




Visuel édito 2 Une

Top départ pour la COP21, la ville de Paris comme fer de lance

12 octobre 2015

Le jour où la France s’engage pour le climat, c’est ainsi que l’Elysée a renommé ce jeudi 10 septembre 2015. Un tapis vert était déroulé pour accueillir le Président François Hollande qui s’est exprimé pour mobiliser l’ensemble des partenaires, les chefs d’Etat des 196 pays participants, les grandes entreprises, mais aussi les citoyens, à s’emparer de la question de la transition écologique. Pour l’instant, toujours pas d’annonce mais le Président l’assure, « un accord doit être trouvé avant la conférence de Paris ». Même si il évoque « un risque d’échec », il assure que « l’enjeu doit nous stimuler ». Laurence Tubiana, ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique était présente aux côtés du Président. Elle a réaffirmé sa volonté de parvenir un accord, tout comme Ségolène Royal pour qui « l’accord n’est pas une fin en soi mais un moment d’accélération. »

La ville de Paris, qui accueillera la conférence climat en décembre prochain est déjà en ordre de marche. Depuis le mois d’août la Mairie organise une série d’expositions sur le thème du climat ; la prochaine débute ce samedi 12 septembre. On peut retrouver les projets des grandes entreprises partenaires (ERDF, SNCF, SUEZ…) mais aussi des start-up venues présenter pour l’occasion leurs innovations en matière d’environnement. Chaque exposant s’est fixé comme objectif d’améliorer notre quotidien tout en préservant l’environnement. On pourra ainsi faire un tour sur la Seine dans un bateau 100% alimenté par l’énergie solaire, produire de l’électricité en marchant sur des dalles ou voir une « maison fraîche » qui inverse l’effet de serre.

Retrouvez tous les exposants du 12 septembre au jeudi 8 octobre sur les Berges de Seine, entre le port de Solferino (Musée d’Orsay) et le port du Gros Caillou (Pont de l’Alma).




Une CPCU-Climespace

CPCU-Climespace : « Deux entreprises pour un objectif commun, la transition énergétique »

12 octobre 2015

Portrait CPCU+ClimespaceInterview de Laurence Poirier Dietz, Directrice Générale Climespace

et Marc Barrier, Directeur Général CPCU

 

Pourriez-vous présenter vos deux entreprises ?

Laurence Poirier Dietz : Climespace – Filiale d’ENGIE et délégataire de la Ville de Paris – est une entreprise pionnière et un leader international dans les réseaux de froid urbain et les systèmes de rafraîchissement collectifs. Ce type de réseaux équipe principalement les grands bâtiments comme les centres commerciaux, les immeubles de bureaux et les musées et est de ce fait peu connus du grand public. A Paris le réseau de froid rafraîchit près de 5 millions de mètres carrés. Chez Climespace, nous mettons tout en œuvre pour offrir ce service dans le respect de l’environnement. En effet, il existe des solutions comme l’’utilisation des ressources locales. A Paris, l’eau de Seine nous permet ainsi de refroidir les groupes frigorifiques à hauteur de 73%.

Marc Barrier : Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain (CPCU) est une filiale d’ENGIE et de la Ville de Paris. CPCU est délégataire de service public pour la distribution de chaleur dans la Ville de Paris. Nous développons et exploitons le plus important réseau de chaleur urbaine de France pour les besoins de 500 000 équivalents logements desservant 17 communes dont la capitale. Celle-ci a décidé de s’engager pleinement dans la préservation de l’environnement en se dotant d’un « Plan climat » très ambitieux : réduire de 25% les émissions de gaz à effet de serre, de 25% la consommation énergétique et diffuser 25% d’énergies renouvelables et de récupération dans nos réseaux. En associant le savoir faire de nos deux entreprises dans un objectif commun de préservation de l’environnement, nous contribuons (largement) à la réalisation du plan climat, et plus globalement au processus de transition énergétique


Quel est cet objectif ?

(suite…)




Une Green On

Green On : Le vélo électrique pour un déplacement rapide et sans effort

12 octobre 2015

Green On avait brillé lors de la visite des élus parisiens sur les Berges de Seine ; elle pourrait démontrer toute son utilité le 27 septembre à l’occasion de la journée sans voiture. Fondée en 2009 et basée à Paris, la société cherche à promouvoir la mobilité douce en exploitant des flottes de vélos à assistance électrique (VAE).

Green On propose l’exploitation de « Vélib électriques », verrouillés et rechargés en station, de façon payante ou gratuite pour les usagers. Pour permettre à ses clients de tester le système, Green On loue des vélostations mobiles, équipés de panneaux solaires, installés de façon éphémère. La société travaille essentiellement avec de grandes organisations telles que la SNCF, la Banque de France ou Vinci Park. Elle dispose actuellement d’une flotte de 300 vélos partagés pour environ 3000 usagers réguliers.

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome

La batterie offre une assistance au pédalage. Ceci permet à l’utilisateur de se déplacer sur de longues distances en minimisant son effort. « Il faut tout de même pédaler, mais on ne sent pas le poids du vélo » explique Lorraine Drevon, responsable marketing et communication. « En côte, avec son panier rempli, on fournira le même effort que sur plat en étant à vide, grâce à la batterie qui prend le relai » ajoute-t-elle. Les vélos électriques permettent de se déplacer rapidement (19km/h de moyenne) et sans nuisance. Les modèles ici exposés sur les Berges bénéficient d’une autonomie de 30 à 50 kilomètres et de cinq niveaux d’assistance.

La société ne compte pas en rester là. Elle lance cet automne la location longue durée (3 à 24 mois) de VAE pour les salariés, via les entreprises.




OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Jetbaïk : le vélo qui remplace la voiture

12 octobre 2015

Sur les Berges de Seine, au niveau du port de Solferino, la société Jetbaïk expose fièrement son bébé, un tricycle à assistance électrique. Né de la réflexion qu’il existe un manque, dans les alternatives de mobilité urbaine, le JetBaïk a pour but d’être « le chaînon manquant entre le vélo et la voiture » comme l’explique Soraya Sekkouri, présidente de la jeune start-up Montreuilloise (Seine-Saint-Denis). « Nous nous sommes rendu compte d’une sous-utilisation du vélo, par crainte du manque de stabilité, du manque de visibilité et surtout du manque de sécurité, en particulier dans une ville comme Paris où la circulation est particulièrement dense», poursuit-elle.

© Soraya Sekkouri, Jetbaïk
© Soraya Sekkouri, Jetbaïk

Le tricycle a donc été imaginé pour additionner les avantages du vélo (mobilité, maniabilité, légèreté) et de la voiture (protection contre la pluie, rétroviseurs, clignotants) sans toutefois prendre leurs inconvénients. Sa conception moderne et design offre en outre une certaine adaptabilité, puisqu’il dispose d’une place arrière amovible prévue pour accueillir un adulte que l’on peut aisément transformer en coffre ou y installer un siège pour enfant. La véritable innovation du Jetbaïk est de procurer une assistance électrique pour pédaler. Ainsi en pleine côte, avec un passager à bord, on a la sensation « d’être sur du plat ; comme si quelqu’un nous poussait légèrement. On ne sent pas son poids », s’amuse la jeune entrepreneuse. D’une autonomie d’environ 40 km, elle permet à l’utilisateur de se déplacer sans émettre de pollution. De plus, ce tricycle répond aux normes européennes et françaises et pourra circuler sur les pistes cyclables – au même titre que les vélos – pour encore plus de sécurité.

(suite…)




OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une rentrée ensoleillée pour le photovoltaïque

12 octobre 2015

C’est la rentrée et les parisiens ont repris le travail. Ils laissent le loisir aux touristes de profiter du calme des Berges de Seine pour admirer les différentes innovations proposées par les démonstrateurs, en partenariat avec Paris de l’Avenir. Ce 1er septembre Jean-Louis Missika, adjoint à la Mairie de Paris chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, a choisi de rencontrer les exposants, installés le long du fleuve.

L’attraction du jour n’est pas sur les berges mais directement sur la Seine : un bateau 100% électrique, développé par Grove Boats SA et affrété par Paris Canal. C’est au moment de l’embarquement que le soleil, timide jusque-là, commence à pointer ses rayons, une aubaine pour les 32 panneaux photovoltaïques qui équipent le « Felix De Azara ». Le démarrage, presque imperceptible, se fait dans un silence royal et permet au capitaine d’expliquer les caractéristiques techniques de ce concentré de technologie. Il est en effet équipé des mêmes moteurs que le « Sun21 », le premier bateau à avoir traversé l’Atlantique au 100% solaire. Un petit tour à bord de ce catamaran permet à l’élu parisien et au petit cortège qui l’accompagne, de gagner le reste des exposants situés non loin de là.

La journée étant placé sous le signe du soleil, la visite se termine par la Solaire Box© de la start-up parisienne Scitior. Celle-ci propose des box de 5 à 32 mètres carrés. Dotés d’une toiture intégralement recouverte de panneaux solaires, ils peuvent répondre à une multitude de besoins pour des garages, des bureaux ou des rangements. L’énergie solaire permet à ces box, de bénéficier de l’électricité, du chauffage, de sanitaires ou encore d’eau chaude.

(suite…)




Une Engie

ENGIE : « Nous voulons faire connaître des solutions, des technologies et usages immédiatement mobilisables »

12 octobre 2015

Ludovic Mouly EngieInterview de Ludovic Mouly, directeur délégué Collectivités Publiques – ENGIE


Pourquoi participer à l’initiative Paris de l’Avenir ?

ENGIE est totalement impliqué, conscient de notre responsabilité et du rôle que nous avons à jouer dans la transition énergétique. Le groupe soutient la nécessité d’un accord lors de la COP21 à Paris pour limiter le réchauffement climatique à 2°C à l’horizon 2050. ENGIE se mobilise pour maîtriser son impact sur le climat. L’objectif du groupe est d’augmenter de 50% les énergies renouvelables dans son portefeuille de production d’électricité, augmenter de 40% son CA dans les activités d’efficacité énergétique et réduire de 10% ses émissions de CO2 par kilowattheure d’ici 2020Nous allons également développer à l’avenir les Green Bonds (émission d’obligations vertes), après une opération réussie de 2,5 milliards d’euros en 2014. Dans ce cadre, l’appel de la ville de Paris a été vu comme un moyen de mieux expliquer aux Parisiens notre contribution. Ces sujets sont peut être connus par les experts, mais nous voulons également nous adresser aux particuliers eux-mêmes et leur montrer les spécificités de notre secteur.


Quelles sont-elles ?

(suite…)




Bruno Codron présente Shelter à Paris de l'avenir. © Charlie Perreau

Shelter : un abri-vélo compact et modulable

12 octobre 2015

Fondé en 2009 par Julien Franco et Bruno Codron, l’Atelier Juno est un cabinet d’architectes qui conçoit des projets en utilisant la technologie 3D / BIM, c’est-à-dire à travers une maquette numérique.

Shelter - Atelier JunoL’Atelier Juno fait partie des démonstrateurs de l’exposition Paris de l’avenir qui se tient sur les berges de Seine du 19 août au 8 septembre. Le cabinet y présente Shelter, un abri-vélo fermé et compact. Les architectes ont souhaité répondre aux problématiques de stationnement, de sécurité et d’entretien des vélos en ville, particulièrement à Paris. Avec un gabarit de 2,50 m x 2,50 m, Shelter permet de stocker 30% de vélos en plus que les alignements de stationnement en surface. « Il ressemble à un ascenseur à vélos », résume Bruno Codron.

Shelter peut être implanté près des gares, des écoles, des bureaux ou alors de façon provisoire pour des évènements. « Nous avons choisi un design sobre pour fondre l’abri-vélo dans l’espace public. Son aspect modulable permet aussi de l’installer dans les parkings souterrains », précise Atticus Manchego, architecte.

Les architectes du projet Shelter aimeraient aussi étendre leur concept aux logements de particuliers pour remplacer à terme les traditionnels locaux à vélo. En plus du design et de la technique, l’équipe du cabinet a même pensé à la technologie du produit : « Les usagers pourraient utiliser leur pass Navigo pour récupérer leur vélo », avance Bruno Codron. Pour que Shelter puisse voir le jour, l’Atelier Juno est actuellement à la recherche d’investisseurs.




ERDF aux berges de Seine (image une)

Une visite placée sous le signe de l’économie d’énergie

12 octobre 2015

Le thermomètre affichait 32° mercredi après-midi sur le port Solférino, au pied du musée d’Orsay, qui accueille l’exposition Paris de l’avenir du 19 août au 8 septembre. Pendant deux mois, les Français ont pu profiter d’une météo très clémente mais qui inquiète de plus en plus les climatologues et les politiques. « Ce que nous vivons cet été est révélateur de ce que nous allons vivre dans le futur. La canicule que nous avons connue en 2003 va devenir la règle en 2050 », a prévenu Célia Blauel, adjointe à la Maire de Paris, en charge de l’environnement, du développement durable, de l’eau et du plan climat, en visite sur les berges de Seine en compagnie de Patrick Klugman, adjoint en charge des relations internationales et de la Francophonie. Les deux élus étaient également accompagnés de journalistes pour découvrir les dernières innovations des démonstrateurs de l’exposition. « Les responsables politiques disent souvent qu’ils ne peuvent pas arriver à lutter contre le réchauffement climatique tout seul. Parmi les grands acteurs qui peuvent le faire, il y a la société civile, notamment les entreprises », a indiqué Patrick Klugman en guise d’introduction.

Consommer sa propre énergie

Les grands noms de l’énergie, EDF et ENGIE, ont fait du réchauffement climatique et de la « décarbonisation » une priorité depuis plusieurs années. L’occasion pour eux de dévoiler leurs recherches au grand public. Avec sa SmartFlower, EDF ENR, la branche énergies renouvelables de l’électricien, ne passe pas inaperçu sur les quais de Seine. Les visiteurs les plus curieux peuvent admirer ce générateur photovoltaïque qui s’incline en permanence vers le soleil pour capter le plus de lumière possible, comme un tournesol. « C’est un bel objet mais c’est aussi un outil pédagogique car il permet de produire et consommer sa propre électricité », a précisé aux élus et à la presse Olivier Paquier, patron d’EDF ENR. En effet, la SmartFlower peut fournir jusqu’à 4000 kWh d’électricité par an, ce qui couvre largement les besoins d’un foyer français (hors chauffage et eau chaude sanitaire). ENGIE a également joué la carte de la pédagogie avec son application sur tablette « Smart Home Energy Management », développée à la manière d’un jeu vidéo. L’utilisateur doit trouver les meilleures solutions d’offre d’énergie et d’équipements de la maison et monter le scénario de programmation énergétique le moins coûteux. L’application séduit les visiteurs, tout particulièrement les enfants qui testent eux-mêmes le jeu.

(suite…)




Une Scania

SCANIA : « La technologie est prête, il ne manque que la volonté politique de la mettre en place »

12 octobre 2015

BaustertGilles 2Interview de Gilles Baustert, Directeur Marketing & Communication


Où se situe Scania dans la lutte contre le dérèglement climatique ?

Scania est une entreprise de construction de véhicules lourds – de 19 tonnes et plus – d’origine Suédoise. La question de la préservation de l’environnement est inscrite dans les gènes de notre culture d’entreprise. Nous avons tout un portefeuille de solutions à disposition de nos clients transporteurs et chargeurs pour répondre aux problématiques posées par le processus transition énergétique.


Quelles innovations votre secteur peut-il mettre en avant ?

La filière des véhicules lourds est telle, que les innovations portent principalement sur les carburants, la technologie et la formation des conducteurs. Pour tracter des charges de plusieurs dizaines de tonnes, le diesel reste à ce jour le carburant le plus efficace. Il a mauvaise réputation, à tort. Car depuis 1993 et l’instauration des premières normes européennes, nous avons fait d’énormes progrès sur les objectifs de réduction des émissions de particules. Aujourd’hui, avec la norme « Euro 6 » obligatoire depuis 2014, nous avons diminué de 97% les émissions de particules et de 95% les émissions d’oxyde d’azote par rapport à 1993. Mais d’autres solutions existent et notamment celles des biocarburants.


Vos véhicules peuvent-ils être alimentés par les biocarburants ?

(suite…)




Visite de l’exposition de démonstrateurs COP21 « PARIS DE L'AVENIR » - Berges de Seine

Anne Hidalgo visite l’exposition en plein air Paris de l’avenir

12 octobre 2015

En cette fin d’après-midi, la maire de Paris Anne Hidalgo a visité, en toute intimité, l’exposition Paris de l’avenir sur le port Solférino, au pied du musée d’Orsay. Cette exposition lancée mercredi permet aux parisiens de découvrir les équipements et dernières innovations répondant aux enjeux climatiques. Vous y trouverez également des ateliers pratiques pour comprendre les bons gestes pour combattre le réchauffement climatique.

A l’écoute des démonstrateurs – et des parisiens, elle a démontré un intérêt certain sur les sujets présentés : centrale géothermique permettant la production simultanée de chaud et de froid dans Paris, bétons clairs et murs végétaux capables d' »aspirer » la pollution, jeu de rôle dont l’objectif est de réduire ses émissions de CO2, vélo solaire ou semi-électrique 2 places, éolienne personnelle à géométrie variable ou panneau, maison fraîche qui inverserait l’effet de serre, générateur solaire vertical en forme de fleur…

Au cœur des échanges : économie d’énergie, réduction des coûts, sécurité des usagers, mobilité verte, rafraîchissement des villes,  nouvelles ressources et bons usages dans l’habitat. Des thèmes chers à Anne Hidalgo qui a voulu ces expositions, dans la ville qui accueillera le conférence mondiale sur le réchauffement climatique COP 21 en fin d’année.

Que ce soit au niveau des villes ou de l’individu, tout le monde peut combattre le changement climatique.

(suite…)




Une JCDecaux

JCDecaux : « Nous travaillons à améliorer le quotidien des citadins dans le strict respect de l’environnement »

12 octobre 2015

ITW Albert AssérafInterview d’Albert Asseraf, Directeur Général Stratégie, Etudes et Marketing France

 

Pourquoi vous engagez-vous dans le processus de transition énergétique ?

Pour JCDecaux le développement durable guide notre réflexion pour contribuer à une ville toujours plus écologique, accessible et solidaire. Nous sommes convaincus que les entreprises ont un rôle primordial à jouer pour lutter contre le dérèglement climatique. Au-delà des engagements des Etats, elles doivent avoir une démarche écoresponsable. Pour notre part, nous menons des actions concrètes depuis de nombreuses années pour, entre autres, réduire nos émissions de gaz à effet de serre. C’est pourquoi, JCDecaux a souhaité s’impliquer aux côtés de la Mairie de Paris comme Partenaire Officiel de la COP21. Que cette conférence, aux enjeux cruciaux, soit accueillie début décembre par la France nous donne une occasion unique de témoigner auprès de nos partenaires, de nos clients du monde entier et du grand public, de notre engagement dans le processus de transition énergétique.


Comment se traduit cet engagement ?

(suite…)




Smart flower

Des solutions concrètes pour le climat s’exposent à ciel ouvert

12 octobre 2015

L’année 2015 sera celle du climat ou ne sera pas. C’est en tout cas le souhait de la ville de Paris, qui organise avec Paris de l’avenir, une série d’expositions, dès ce mois d’août et jusqu’à décembre. Avec en point de mire la COP21 et les nombreuses délégations internationales qui viendront, au Bourget, pour apporter des solutions concrètes aux problèmes posés par le dérèglement climatique.

On retrouve donc sur les berges de Seine, en partant du port de Solferino, en face du musée d’Orsay, de nombreuses innovations pour le climat disposées sur les quais, jusqu’au port du gros Caillou. Les passants, des touristes pour la plupart mais également quelques parisiens, se promènent dans ce quartier très touristique et profitent d’un soleil, bien présent en ce mois d’août, pour s’arrêter au grès de leurs envies devant les stands des démonstrateurs. Certains ne font que passer. Tandis que d’autres s’arrêtent et lisent attentivement les panneaux explicatifs ou écoutent les démonstrateurs pour comprendre en détail le fonctionnement de telle ou telle innovation. Chacune d’elle prend une forme différente. On peut ainsi voir la micro-éolienne de Vertéole, une start-up française qui a pour objectif l’autoconsommation électrique, l’impressionnante structure de 42 tonnes en béton de Ciments Calcia, qui propose des solutions pour lutter contre les îlots de chaleur urbain, ou encore la Smart Flower d’EDF ENR, un panneau photovoltaïque en forme de fleur qui suit la course du soleil.

Ces innovations visent à changer notre quotidien tout en respectant l’environnement. Réduire notre consommation énergétique, améliorer la mobilité des personnes, repenser l’urbanisme ou encore optimiser nos ressources, sont les maîtres mots des partenaires de Paris de l’avenir ; Eux-mêmes ravis de pouvoir montrer au public parisien leur savoir-faire en matière d’écologie.

(suite…)




Une SNCF Réseau def

SNCF Réseau : « Devenir maître de l’après vie de nos matériaux »

22 octobre 2015

Bernard TorrinInterview de Bernard Torrin, ‎Directeur Environnement et Développement Durable chez SNCF Réseau


En quoi consiste l’activité de SNCF Réseau ?

Né de la fusion début 2015 de Réseau Ferré de France (RFF) et d’une partie de SNCF (SNCF Infra et Direction de la Circulation Ferroviaire), SNCF Réseau est l’Etablissement public industriel et commercial (Epic) qui regroupe depuis le 1er janvier 2015, tous les services en charge des infrastructures ferroviaires. SNCF Réseau est l’unique, propriétaire et gestionnaire, du réseau ferré national. Nous disposons d’un patrimoine très important de rails, caténaires, ballast (pierres concassées et anguleuses sur lesquelles repose la voie de chemin de fer), et traverses. Pour garantir la sécurité et la fiabilité du réseau ferré, SNCF Réseau entretient et modernise ses infrastructures. En 2015, près de 1500 chantiers sur l’ensemble du territoire sont réalisés, et sur plus de 1000 km de voies, pour un total de 48 000 km. L’ensemble des composants (rails, ballast, traverses …) est remplacé. A cette occasion, nous optimisons les ressources correspondantes, au bénéfice de l’environnement et du climat : moins de matières premières extraites du sous-sol, moins de transports, et donc moins de gaz à effet de serre émis. Nous nous sommes donc naturellement engagés aux côtés de la Mairie de Paris et participons volontiers aux expositions sur les Berges de Seine en amont de la COP21.


Comment SNCF Réseau s’engage dans le processus de transition écologique ?

(suite…)




Une SNCF Innovation def

SNCF Innovation : « Conjuguer les nouvelles technologies pour réduire notre consommation énergétique »

22 octobre 2015

Vincent DelcourtInterview de Vincent Delcourt, Responsable du Cluster Innovation & Recherche Energie

 

Quelle place doit prendre la SNCF dans le processus de transition énergétique ?

La SNCF doit prendre une place stratégique. Nous sommes un acteur de référence dans le domaine de la mobilité et à ce titre nous devons améliorer notre efficacité énergétique. Les expositions de la ville de Paris sont un bon moyen d’expliquer, à nos usagers, notre engagement en la matière. En effet l’énergie est une composante clef du développement durable. La SNCF est le premier consommateur d’électricité en France et ceci nous a amené à fixer un objectif ambitieux : faire baisser notre consommation de 20% d’ici 2022. Il faut donc donner une place importante aux technologies innovantes. A la fois sur le court terme, mais aussi en développant des solutions en rupture sur du plus long terme. Dans ce dernier cas nous devons repenser, dans sa globalité, les systèmes d’alimentation énergétique des trains.


Que pouvez-vous mettre en place dans l’immédiat ?

Dès le mois de septembre nous allons mettre en place l’écoconduite. Ce sont des logiciels, qui permettront aux conducteurs de TGV plus de fluidité et une conduite optimisée, afin de diminuer la consommation électrique. On estime faire des économies de 10 à 15%. Mais les cheminots ne seront pas les seuls acteurs sollicités.


Vous allez mettre à contribution les usagers de la SNCF ?

(suite…)




Une Calcia def

Ciments Calcia : « Pour répondre aux enjeux climatiques, le béton se réinvente sans cesse »

22 octobre 2015

Serge SchmidtInterview de Serge Schmidt, Directeur Général de Ciments Calcia

 

Y-a-t-il une place pour le béton dans le processus de transition énergétique ?

Chez Ciments Calcia nous avons conscience que le béton est un matériau qui doit retrouver toute sa légitimité. Il est celui qui répond le plus largement aux exigences de la construction durable. Pour cela notre secteur a le devoir d’être à la pointe de l’innovation et pouvoir proposer des solutions aux enjeux que pose la transition énergétique.


Quels sont vos liens avec la ville de Paris et les expositions en amont de COP21 ?

L’urbanisation. C’est un enjeu crucial aujourd’hui au regard de la taille des grandes métropoles. La ville de Paris, qui va accueillir la conférence internationale sur le climat en décembre prochain, va assurément montrer l’exemple. Elle en a l’opportunité avec le chantier du « Grand Paris ». Nous souhaitons travailler avec l’ensemble des parties prenantes, afin de proposer une ville nouvelle qui offre un cadre de vie plus respectueux de l’environnement et apporte plus de confort pour ses résidents. Les expositions en amont de COP21, dans le cadre de Paris Climat 2015, nous donneront l’occasion de présenter les innovations qui sont déjà déployées ou en passe de l’être. Elles portent tant sur la production du matériau, notamment au niveau de la « facture énergétique » que sur ses performances.


Comment réduire cette « facture énergétique » ?

(suite…)




Une Suez def

SUEZ : « Notre métier c’est valoriser et pérenniser les ressources aquatiques pour une convergence eau-énergie »

22 octobre 2015

Marie-Cécile de ChezellesInterview de Marie-Cécile de Chezelles, Responsable Développement et Innovation, Eau France, SUEZ.

 


Pourquoi s’associer aux expositions de Paris de l’avenir en amont de COP21 ?

La conférence climat qui se déroulera à Paris cet hiver, est une opportunité de sensibiliser le grand public sur les enjeux énergétiques et environnementaux. Nous sommes en train de vivre une véritable révolution économique, environnementale et sociétale. La France dispose de grandes richesses naturelles en particulier dans le secteur de l’eau, mais c’est une ressource qui devient fragile et que nous devons protéger et économiser. A titre d’exemple, cet été, plus de la moitié des départements sont sous le coup d’un arrêté concernant la restriction d’eau compte tenu de la sécheresse. L’objectif de Suez, en participant à COP21, est de montrer que les secteurs, énergétique et environnemental, ne sont plus cloisonnés mais intimement liés. Nous présentons ainsi des solutions pour économiser la ressource en eau, mais aussi des solutions pour produire de l’énergie renouvelable et locale à partir des réseaux déjà existants. Nous parlons ici de ressources cachées.


Que sont ces « ressources cachées » ?

(suite…)




Une ERDF def

ERDF : « Nouer le dialogue avec les parisiens et agir concrètement en faveur de la transition écologique du territoire »

12 octobre 2015

ERDF - G.Paloc

Interview de Géraldine Paloc, Déléguée territoriale ERDF Paris

 

Pourquoi participer à l’initiative des expositions de la ville de Paris, en amont de COP21 ?

Nous sommes des partenaires naturels de Paris, à travers notamment le contrat de concession qui nous lie. De plus, la transition énergétique nous concerne au premier chef en tant que distributeur d’électricité. Le projet de la ville est d’autant plus intéressant à nos yeux que le réseau parisien lui-même est très spécifique. C’est le seul en France à être 100% souterrain. S’il est moins exposé aux tempêtes, les crues, les ruissellements, les îlots de chaleur et le froid intense peuvent, eux, avoir un impact très importants. Nous travaillons donc à rendre le réseau plus résilient face à ces conditions rendues plus fréquentes avec le changement climatique.

Vous présentez trois démonstrateurs entre août et novembre. En quoi sont-ils représentatifs de vos principaux axes d’innovation sur le sujet ?

(suite…)




HOME_PHOTOCOUVERTURE

La COP21, qu’est ce que c’est ?

1 août 2015

Chaque année, depuis la signature de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques en 1992, les 195 Etats signataires se réunissent pour définir ensemble des objectifs concrets de lutte contre les dérèglements climatiques. Aux côtés des représentants des Etats, les ONG, les collectivités territoriales, les syndicats, les entreprises et la communauté scientifique, participent aux débats.

Du 30 novembre au 11 décembre, Paris accueillera la 21e Conférence des Parties (COP21). Cette conférence est une échéance cruciale qui représente la fin d’un cycle de négociations, en s’inscrivant dans le prolongement direct de la grande COP de 1997, qui avait permis l’adoption du protocole de Kyoto.

La COP21 doit établir les bases d’un nouvel accord international, dynamique donc évolutif, applicable à tous les pays. Il engagera l’ensemble des Nations dans une réduction globale des émissions de gaz à effet de serre (GES), dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C.

Elle doit aussi définir les mécanismes juridiques, financiers et de contrôle de ce nouvel accord. Ce dernier doit aussi confirmer la mise en place du « Fond Vert », doté de 100 milliards de dollars par an à partir de 2020, pour un développement « propre » des économies en développement ou en transition.

Tout savoir sur la COP 21 (site officiel)




PHOTOS_ampoule_page-a¦Çpropos

La mise en oeuvre du Plan Climat s’est accélérée à Paris

1 août 2015

Ces deux dernières années ont été particulièrement importantes dans la mise en oeuvre de ce Plan Climat, avec 70 000 m2 d’équipements publics mis aux normes, des centaines de logements sociaux rénovés – pour un total de de 25 000 depuis le début du Plan –, la rénovation thermique de 100 écoles, l’accélération des travaux dans les copropriétés, le succès confirmé de Vélib’ et d’Autolib’, et plus de 40% d’alimentation durable servie dans les crèches.

L’évolution de la mobilité est notamment un axe fort de la politique parisienne de réduction des émissions de polluants. En février 2015, Paris a lancé le Plan «Atmosph’Air », d’une ampleur unique en France, qui vise à réduire drastiquement la pollution liée au trafic routier.