reportage

39213

Les expositions Paris de l’Avenir s’achèvent mais la lutte contre le changement climatique continue

11 décembre 2015

Après avoir commencé sur les Berges de Seine avec le soleil du mois d’août, les expositions « Paris de l’Avenir » se clôturent au bassin de la Villette à la fin du week-end. Abordant des thématiques aussi variées que l’efficacité énergétique, la réutilisation des déchets, la mobilité douce ou encore la fabrication de matériaux « verts », les start-up et les grands groupes présents ont contribué, chacun à leur échelle, à penser la ville de demain comme pilier de la transition écologique.

Les villes génèrent en effet 80% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Dans la lutte contre le réchauffement climatique, elles doivent changer. L’entreprise de BTP Ciment Calcia a donc mis au point le béton clair, un matériau capable d’absorber les particules fines issues de la circulation des véhicules. De son côté l’association Veni Verdi cherche à repenser les circuits courts de distribution de fruits et légumes, en végétalisant les toits des immeubles parisiens, avec l’installation de potagers. L’objectif étant de réduire le nombre de véhicules de livraisons qui circulent dans Paris, une initiative déjà reprises dans de nombreuses villes en France.

(suite…)




© Sylvestre Rome

La SNCF présente ses solutions pour l’environnement

10 décembre 2015

Au bassin de la Villette, la SNCF souhaite se trouver du côté des solutions, en proposant une offre de services de mobilité bas-carbone pour les derniers kilomètres, ceux entre la gare et le domicile ou le lieu de travail. La SNCF combine aussi différents modes de transports afin de réduire l’impact pour l’environnement du transport de marchandises. Sur son stand la SNCF présente deux solutions :

GEODIS, qui depuis 2011 développe une offre de conseil en logistique urbaine pour les organismes prescripteurs et les autorités, la création et gestion de plateformes à la périphérie des villes pour livraison du dernier km, ainsi que des solutions dédiées en utilisant véhicules électriques et vélos. Et KEOLIS qui déploie des solutions destinées à réduire l’impact environnemental de son parc de véhicules. Ces solutions sont adaptées : énergies alternatives, filtres à particules, systèmes de récupération ou d’économies d’énergie. L’éco-conduite est par ailleurs un levier fort pour la réduction de la consommation de carburants.




Anne Hidalgo visite l’exposition au bassin de la Villette

3 décembre 2015

Profitant du léger redoux en ce début de mois de décembre, la maire de Paris Anne Hidalgo, accompagnée de François Dagnaud, maire du 19e, de Jean-Louis Missika, Adjoint à la maire de Paris, chargé de l’urbanisme, de l’architecture, du projet du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité et de Christophe Najdovski Adjoint à la maire de Paris chargé des transports, des déplacements, de la voirie et de l’espace public, sont venus visiter l’exposition Paris de l’Avenir qui se tient en ce moment et jusqu’au 13 décembre au bassin de la Villette. Alors que les 150 chefs d’Etats présents au Bourget pour la COP21 tentent de trouver un accord pour contenir le réchauffement climatique sous le seuil des 2°C, les trente stands du quai de la Seine présentent aux parisiens leurs innovations en matière d’environnement.

Malgré son emploi du temps, Anne Hidalgo a tenu à parcourir l’intégralité de l’exposition. Elle a ainsi pu découvrir le fonctionnement d’une pile à hydrogène, comprendre le procédé de fabrication d’un béton à partir des gravats issus des chantiers de construction ou encore être sensibilisée à l’installation de toilettes sèches en ville.

Au cœur des discussions : développement de l’éco-mobilité, utilisation de l’énergie solaire, optimisation des dépenses énergétiques et réduction des coûts pour les usagers et la ville de Paris. Des thèmes chers à la maire qui en a profité pour saluer le travail de ces jeunes entreprises.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

(suite…)




« Paris est une ville ouverte et créative »

1 décembre 2015

Par Célia Blauel, adjointe à la Maire de Paris, en charge de l’environnement, du développement durable, de l’eau et du plan climat et Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire, en charge de l’urbanisme, de l’architecture, du projet du grand Paris, du développement économique et de l’attractivité.

Face aux enjeux que nous posent le dérèglement climatique, la transition énergétique ou encore l’approvisionnement durable de la Ville, la collectivité s’est fixée des objectifs ambitieux d’ici 2020 : 25% de baisse des consommations énergétiques du territoire, 25% de réduction des gaz à effet de serre d’ici 2050, 30% d’énergies renouvelables et de récupération en plus dans le mix énergétique de la collectivité, 100 hectares de végétalisation dont 30 d’agriculture urbaine et enfin 50% d’alimentation biologique dans les cantines de la ville.

Pour réussir ces défis, la Ville travaille de manière ouverte, en partenariat avec les acteurs du territoire et en attirant les compétences des innovateurs du monde entier. Ainsi, elle s’appuie sur le dynamisme, le savoir-faire et la capacité à innover des chercheurs, des entrepreneurs et des acteurs économiques qui sont engagés aux côtés des Parisiens. Ces acteurs disposent de technologies et de solutions concrètes qui sont des réponses immédiates, adaptées et prometteuses pour contribuer à résoudre significativement la grande équation climatique des territoires.

Parce que nous les accompagnons, parce que nous croyons en leurs solutions, dans le progrès et l’innovation, Paris a ouvert ses portes, et davantage encore, son espace public pour permettre à ces acteurs d’exposer et de valoriser à ciel ouvert pendant le temps de la COP21 leurs produits et services.

Nous vous invitons à découvrir, au Bassin de la Villette, la diversité et la qualité des démonstrateurs, prototypes et solutions innovantes des exposants et partenaires du Paris de l’Avenir. Ceux-ci partagent notre conviction que le climat est l’affaire de tous et que nous devons tous nous mobiliser ; ensemble nous souhaitons faire la preuve que des solutions concrètes existent, sont disponibles et à la portée de tous.




Une reportage fin acte 2

Un dernier week end pour voir les innovations en faveur du climat

12 octobre 2015

Située sur les quais entre le musée d’Orsay et le pont de l’Alma, l’exposition Acte II Berges de Seine touche à sa fin. Il reste encore un week end pour découvrir les solutions proposées par les démonstrateurs sur le thème de l’économie circulaire. Ce concept met en avant la valorisation et la réutilisation des déchets pour préserver l’environnement et s’inscrit pleinement dans la démarche de transition énergétique.

InevalLa loi Grenelle II obligera, à partir du 1er janvier 2016, la valorisation des déchets alimentaires pour tous les sites qui en engendrent plus de 10 tonnes par an, comme les cantines scolaires ou les restaurants d’entreprise. Dans ce sens, Ineval, une startup fondée il y a six ans et basée à Montreuil (Seine-Saint-Denis), a conçu l’ECOdigesteur, une unité de méthanisation miniature. « Le principe est simple : reproduire à l’échelle industrielle ce qu’il se passe dans nos estomacs », raconte Romain Martin, gérant d’Ineval. « Tous les déchets organiques, c’est-à-dire les épluchures de légumes, les restes de viandes et poissons, les laitages, etc. sont stockés dans un container chauffé. Les bactéries dégradent la matière organique et produisent ainsi du méthane, du dioxyde de carbone et le « digestat », un fertilisant naturel ».

L’installation de l’ECOdigesteur revêt un volet éducatif important car il nécessite la formation du personnel et la sensibilisation des usagers pour réaliser le tri sélectif de leurs déchets. La jeune société n’a pas pour objectif d’entrer dans un processus de revente énergétique, la production de méthane étant relativement modeste à l’échelle de la cantine. Ce biogaz peut cependant être utilisé localement. Dans les locaux d’une cantine scolaire il permettrait l’alimentation d’un chauffe-eau ou d’un lave-vaisselle. Collé à l’ECOdigesteur d’Ineval, un autre stand travaille au réemploi des déchets, mais cette fois-ci à plus grande échelle.

(suite…)




Une R2 v2

L’économie circulaire à l’honneur sur les Berges de Seine

12 octobre 2015

Bravant la pluie, trois élus de la Mairie de Paris sont venus, ce jeudi, à la rencontre des nouveaux démonstrateurs. « Il y a encore deux ans, des voitures circulaient ici », explique Jean-Louis Missika, adjoint à la Mairie de Paris chargé de l’urbanisme. « Nous avons fait des Berges de Seine, l’étendard de la reconquête piétonnière à Paris », précise-t-il fièrement. La nouvelle exposition est placée sous le thème de l’économie circulaire, un concept économique qui s’inscrit pleinement dans le processus de transition écologique et qui a pour pilier la réutilisation les déchets dans le cycle de production. « Il faut changer de modèle de production et emmener l’ensemble de la société dans cette lutte pour la transition énergétique. », résume Célia Blauel, adjointe à la Mairie de Paris, en charge de l’environnement. « La lutte pour le climat est un enjeu pour tous », embraye Antoinette Guhl. L’adjointe à la Mairie de Paris en charge de l’économie sociale et solidaire poursuit : « Au même titre que les entreprises font de l’innovation technologique, nous les élus, devons faire de l’innovation politique pour passer d’une société du jetable à une société durable ». Les professionnels de la politique auront l’occasion de faire avancer les choses en matière de climat lors de la COP21 qui aura lieu à Paris en décembre prochain, en attendant les startups et entreprises du CAC40 présentent sur les Berges de Seine proposent toutes sortes d’innovations.

Le recyclage comme pilier de l’économie circulaire

© Sylvestre Rome
© Sylvestre Rome

Présentée par Renault comme « la solution pour le climat », la ZOE est un véhicule 100% électrique construit à partir de pièces de voitures en fin de vie. La production d’électricité nécessaire au chargement de ses batteries fait appel aux énergies renouvelables (solaire, hydraulique, éolien, etc.). Pour sa commercialisation, ZOE ne sera pas vendue mais louée, Renault reste propriétaire et donc responsable des pièces de la voiture et notamment de la batterie. Ces dernières sont récupérées par la marque au losange lorsque ZOE arrive en fin de vie. Les matériaux tels que le lithium, le cuivre ou l’aluminium sont ensuite réutilisés pour produire de nouvelles batteries.

(suite…)




ERDF aux berges de Seine (image une)

Une visite placée sous le signe de l’économie d’énergie

12 octobre 2015

Le thermomètre affichait 32° mercredi après-midi sur le port Solférino, au pied du musée d’Orsay, qui accueille l’exposition Paris de l’avenir du 19 août au 8 septembre. Pendant deux mois, les Français ont pu profiter d’une météo très clémente mais qui inquiète de plus en plus les climatologues et les politiques. « Ce que nous vivons cet été est révélateur de ce que nous allons vivre dans le futur. La canicule que nous avons connue en 2003 va devenir la règle en 2050 », a prévenu Célia Blauel, adjointe à la Maire de Paris, en charge de l’environnement, du développement durable, de l’eau et du plan climat, en visite sur les berges de Seine en compagnie de Patrick Klugman, adjoint en charge des relations internationales et de la Francophonie. Les deux élus étaient également accompagnés de journalistes pour découvrir les dernières innovations des démonstrateurs de l’exposition. « Les responsables politiques disent souvent qu’ils ne peuvent pas arriver à lutter contre le réchauffement climatique tout seul. Parmi les grands acteurs qui peuvent le faire, il y a la société civile, notamment les entreprises », a indiqué Patrick Klugman en guise d’introduction.

Consommer sa propre énergie

Les grands noms de l’énergie, EDF et ENGIE, ont fait du réchauffement climatique et de la « décarbonisation » une priorité depuis plusieurs années. L’occasion pour eux de dévoiler leurs recherches au grand public. Avec sa SmartFlower, EDF ENR, la branche énergies renouvelables de l’électricien, ne passe pas inaperçu sur les quais de Seine. Les visiteurs les plus curieux peuvent admirer ce générateur photovoltaïque qui s’incline en permanence vers le soleil pour capter le plus de lumière possible, comme un tournesol. « C’est un bel objet mais c’est aussi un outil pédagogique car il permet de produire et consommer sa propre électricité », a précisé aux élus et à la presse Olivier Paquier, patron d’EDF ENR. En effet, la SmartFlower peut fournir jusqu’à 4000 kWh d’électricité par an, ce qui couvre largement les besoins d’un foyer français (hors chauffage et eau chaude sanitaire). ENGIE a également joué la carte de la pédagogie avec son application sur tablette « Smart Home Energy Management », développée à la manière d’un jeu vidéo. L’utilisateur doit trouver les meilleures solutions d’offre d’énergie et d’équipements de la maison et monter le scénario de programmation énergétique le moins coûteux. L’application séduit les visiteurs, tout particulièrement les enfants qui testent eux-mêmes le jeu.

(suite…)




Visite de l’exposition de démonstrateurs COP21 « PARIS DE L'AVENIR » - Berges de Seine

Anne Hidalgo visite l’exposition en plein air Paris de l’avenir

12 octobre 2015

En cette fin d’après-midi, la maire de Paris Anne Hidalgo a visité, en toute intimité, l’exposition Paris de l’avenir sur le port Solférino, au pied du musée d’Orsay. Cette exposition lancée mercredi permet aux parisiens de découvrir les équipements et dernières innovations répondant aux enjeux climatiques. Vous y trouverez également des ateliers pratiques pour comprendre les bons gestes pour combattre le réchauffement climatique.

A l’écoute des démonstrateurs – et des parisiens, elle a démontré un intérêt certain sur les sujets présentés : centrale géothermique permettant la production simultanée de chaud et de froid dans Paris, bétons clairs et murs végétaux capables d' »aspirer » la pollution, jeu de rôle dont l’objectif est de réduire ses émissions de CO2, vélo solaire ou semi-électrique 2 places, éolienne personnelle à géométrie variable ou panneau, maison fraîche qui inverserait l’effet de serre, générateur solaire vertical en forme de fleur…

Au cœur des échanges : économie d’énergie, réduction des coûts, sécurité des usagers, mobilité verte, rafraîchissement des villes,  nouvelles ressources et bons usages dans l’habitat. Des thèmes chers à Anne Hidalgo qui a voulu ces expositions, dans la ville qui accueillera le conférence mondiale sur le réchauffement climatique COP 21 en fin d’année.

Que ce soit au niveau des villes ou de l’individu, tout le monde peut combattre le changement climatique.

(suite…)




Smart flower

Des solutions concrètes pour le climat s’exposent à ciel ouvert

12 octobre 2015

L’année 2015 sera celle du climat ou ne sera pas. C’est en tout cas le souhait de la ville de Paris, qui organise avec Paris de l’avenir, une série d’expositions, dès ce mois d’août et jusqu’à décembre. Avec en point de mire la COP21 et les nombreuses délégations internationales qui viendront, au Bourget, pour apporter des solutions concrètes aux problèmes posés par le dérèglement climatique.

On retrouve donc sur les berges de Seine, en partant du port de Solferino, en face du musée d’Orsay, de nombreuses innovations pour le climat disposées sur les quais, jusqu’au port du gros Caillou. Les passants, des touristes pour la plupart mais également quelques parisiens, se promènent dans ce quartier très touristique et profitent d’un soleil, bien présent en ce mois d’août, pour s’arrêter au grès de leurs envies devant les stands des démonstrateurs. Certains ne font que passer. Tandis que d’autres s’arrêtent et lisent attentivement les panneaux explicatifs ou écoutent les démonstrateurs pour comprendre en détail le fonctionnement de telle ou telle innovation. Chacune d’elle prend une forme différente. On peut ainsi voir la micro-éolienne de Vertéole, une start-up française qui a pour objectif l’autoconsommation électrique, l’impressionnante structure de 42 tonnes en béton de Ciments Calcia, qui propose des solutions pour lutter contre les îlots de chaleur urbain, ou encore la Smart Flower d’EDF ENR, un panneau photovoltaïque en forme de fleur qui suit la course du soleil.

Ces innovations visent à changer notre quotidien tout en respectant l’environnement. Réduire notre consommation énergétique, améliorer la mobilité des personnes, repenser l’urbanisme ou encore optimiser nos ressources, sont les maîtres mots des partenaires de Paris de l’avenir ; Eux-mêmes ravis de pouvoir montrer au public parisien leur savoir-faire en matière d’écologie.

(suite…)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *